Passerelle numéro 26
Juin 2002

 

RETOUR - AUTRES "PASSERELLES"

 

Sommaire

Editorial - Les vacances, c'est quoi ?
        - Au pèlerin d'Europe
Vie paroissiale
        - Agenda
        - Echos du conseil paroissial
        - Cellules paroissiales d'évangélisation (CPE)
        - L'Equipe d'animation paroissiale (EAP) vous informe
Vie du Sanctuaire - Valmarie
Prières
        - Notre-Dame de la route
        - Prière à l'Esprit-Saint
Etincelles
        - Dix chances de devenir un homme (une femme) de prière
        - Le préféré
        - Tranche de vie
Pour mieux comprendre la liturgie
        - Libres propos
Appel


EDITORIAL

Les vacances, c'est quoi ?

Me reviennent à la mémoire quelques bribes d’une chanson d’enfance : « Vive les vacances, plus de pénitences… » Selon que le mot sera au singulier ou au pluriel, le sens diffère.

Au singulier, cela indique un vide. Pensons aux petites annonces qui disent ‘vacance d’emploi’ (un appel en quelque sorte), et à ceux qui cherchent un emploi et qui sont en « vacance de travail ».

Au pluriel, ce mot est associé aux « congés payés », avec cessation momentanée des activités. Qui dit vacances dit aussi loisirs : seront-ils actifs ou passifs ? Chacun de nous est différent, et les attentes face aux vacances ne sont pas les mêmes. Dépaysement, recherche de solitude ou d’insolite, moments privilégiés de renforcer les liens d’amitié, aventures ou découvertes, changement des habitudes, mais aussi ‘rien de changé au train-train quotidien’ (pour raisons familiales, de santé, financières…). Les vacances, c’est aussi un espace de temps où l’on peut facilement choisir ses activités, Prendre du temps pour s’émouvoir du sourire ou des facéties d’un enfant ou d’un petit-enfant, s‘émerveiller devant les beautés de la nature, s’arrêter pour écouter avec le cœur les plaintes d’un souffrant, partager les ‘extras’ que l’on se permet dans ces moments là, trouver sa joie dans le bonheur des autres, aider quelqu’un à sortir d’un ‘mauvais pas’ (moralement, physiquement, financièrement…), s’isoler pour tenter un vrai contact avec Celui que nous nommons « Notre Père ». Les chemins sont vraiment multiples pour que les démarches de notre vie soient ‘prière’. S’arrêter, s’émerveiller, écouter, partager, aider, communiquer, s’isoler et trouver sa joie…, n’est-ce pas toute la dynamique d’une vie de « ressuscité » ? Dans nos loisirs actifs, si nous le voulons, il peut y avoir beaucoup de place pour que nous soyons des réponses vivantes aux questions de nos semblables, pour que nous soyons ces baptisés et confirmés, « sel et lumière du et dans le monde » Quoi que vous fassiez durant ce temps, je vous souhaite de redécouvrir en prime les vraies valeurs qui apportent un vrai sens à votre vie. Bonnes vacances à tous.

V.M.

RETOUR

Au pèlerin d'Europe

Marche, tu es né pour la route.

Marche, tu as rendez-vous.
Où ? avec qui ? tu ne sais pas encore, avec toi peut-être ?

Marche, tes pas seront tes mots; le chemin, ta chanson; la fatigue, ta prière et ton silence, enfin, te parlera.

Marche seul, avec d’autres, mais sors de chez toi.
Tu te fabriquais des rivaux, tu trouveras des compagnons; tu te voyais des ennemis,tu te feras des frères.

Marche, ta tête ne sait pas où tes pieds conduisent ton cœur.

Marche, tu es né pour la route, celle du pèlerinage.

Un Autre marche avec toi et te cherche pour que tu puisses Le trouver.

Au sanctuaire du bout du chemin, au sanctuaire du fond de ton coeur, Il est ta Paix, Il est ta Joie.

Va, déjà Dieu marche avec toi.

RETOUR

VIE PAROISSIALE

Agenda

Samedi 14 septembre à 14h à la cathédrale St-Michel à Bruxelles : ordination de Damien comme prêtre par le Cardinal Danneels. Le trajet en car vous sera proposé en temps utile.

Lundi 16 septembre à 20h : conseil paroissial.

Dimanche 22 septembre à 10h30 : messe présidée par Damien, suivie du dîner paroissial.

Dimanche 13 octobre : journée de récollection décanale.

RETOUR

Echos du Conseil paroissial

Un grand merci à tous ceux qui étaient présents et ont préparé cette première réunion, ce fut un excellent départ qui a encouragé tout le monde et a dopé l’enthousiasme pour continuer. Les différents services de la paroisse ont été présentés avec la touche personnelle de chacun.

Il en ressort (en très bref) qu’une préoccupation importante est d’améliorer la rencontre et l’échange avec les personnes catholiques de la paroisse qui ne fréquentent pas souvent l’église. Quand ces personnes font une demande de célébration de mariage, demande de baptême pour leur enfant, de préparation à la première communion, il est relativement difficile de les convaincre que leur démarche s’inscrit aussi dans le projet de Dieu et pas uniquement dans leur projet à eux. Il s’agit pour certains d’une pure formalité alors que pour les équipes de préparation convaincues et enthousiastes (gr. enthousiasmos, transport divin !), il s’agit effectivement d’action divine.

D’autres points furent encore abordés tels que le grand succès des services ciblés pour les enfants (homélie) ou les adolescents (JCR, retraites,…) et le désir d’agrandissement de beaucoup d’équipes telles que : les lecteurs, la chorale, les visiteurs de malades…

Ce sera l’occasion au prochain Conseil Paroissial de septembre de développer les idées et les propositions pour ainsi améliorer et enrichir la vie en paroisse et soutenir ceux qui s’y consacrent.

Anne Gelders

RETOUR

Quelques nouvelles des Cellules Paroissiales d’Évangélisation (CPE)

Vous en avez déjà entendu parler : plusieurs formations ont eu lieu, mais tout compte fait de quoi s’agit-il exactement ?

En bref : lors d’une réunion de cellule, il y a beaucoup d’amour et de simplicité entre les membres. On y reçoit une nourriture et un soutien pour notre vie de foi et un encouragement permanent à oser témoigner de Dieu dans notre vie quotidienne. Le témoignage d’une paroissienne vous en parlera à la fin de cet article. Actuellement, deux groupes se réunissent chaque semaine pour apprendre à être responsable de cellule,  mais dès le mois de septembre, les cellules s’ouvriront à tous.

Si vous souhaitez tenter une telle expérience, vous aurez l’occasion de vous inscrire en septembre. Vous vous engagerez ainsi à participer à deux réunions, après quoi vous pourrez décider soit d’arrêter, soit de vous engager fidèlement (au rythme d’une réunion par semaine).

Donc « VENEZ ET VOYEZ ! » en septembre...

Une douzaine de paroissiens partent fin juin à Milan avec Christian et Vincent pour « voir » une paroisse qui vit déjà cette expérience et en retire beaucoup de fruits. Quant à vous, en attendant de venir voir en septembre (ou lors du prochain voyage à Milan en juin 2003, pourquoi pas ?) n’hésitez pas à nous contacter, si vous voulez en savoir plus.

Claire Michotte, Anne Bouchez, Vincent et Christian

La réunion de cellule a lieu une fois par semaine et dure une heure et demie. Chaque réunion commence toujours par un temps de louange. Les chants et les prières de louange et de remerciement nous aident à entrer d'emblée en relation avec Dieu.

Vient ensuite un temps de partage, où chacun répond à deux questions :
ce que Dieu a fait pour moi ou pour d’autres cette semaine
comment Dieu s’est servi de moi pour évangéliser

Après cela, nous écoutons un enseignement enregistré sur cassette et donné par Christian ou Vincent. Ces enseignements traitent de différents aspects de la foi de l'Église et nous aident à progresser dans notre vie spirituelle. Puis, nous approfondissons en commun certains points de cet enseignement. Enfin, nous terminons la réunion par des prières d'intercession pour les intentions de la communauté paroissiale et des personnes que nous sommes appelés à évangéliser. Nous pouvons aussi, en cas de difficultés, prier pour les frères et sœurs, membres de la cellule, ce qui peut apporter grâce et paix.

Ces réunions m'apportent beaucoup de richesses. Avant tout, elles m'aident à me rapprocher toujours plus du Seigneur par la prière, l'adoration et l'Eucharistie. Il n'est pas possible d'aimer les gens au point de vouloir partager ma foi, si je n'ai pas une relation profonde et continuelle avec le Seigneur. Ensuite, ces réunions me permettent de me dépasser et d'aller à la rencontre des autres, de les porter dans la prière, de leur rendre service et de témoigner de ma foi. Et enfin, ces réunions m'apportent la joie d'appartenir à un groupe soudé par le même désir de faire connaître le Christ autour de nous. Il s'y crée des liens profonds d'amitié et nous nous sentons soutenus les uns par les autres.

Maxine.

RETOUR

L’équipe d’animation paroissiale vous informe

Alors que l’essentiel de ses activités est déjà tourné vers l’année 2002-2003, l’EAP a pris part à une journée de récollection sur le discernement animée par l’abbé J.-L. Hudsyn.

Quelles sont les conditions pour discerner ce que Dieu désire pour la paroisse ? Comment distinguer parmi différentes propositions celles qui vont renforcer l’unité de l’Eglise, la fraternité et l’écoute au sein de celle-ci ? Comment rendre l’Eglise plus solidaire et moins cloisonnée ? Voilà quelques-unes des questions posées lors de cette journée.

Un samedi de réflexion que l’équipe a fortement apprécié, et qui, nous en sommes convaincus, aidera l’équipe à assurer sa mission.

RETOUR

VIE DU SANCTUAIRE - Vous avez dit : Valmarie

Lors de la première assemblée paroissiale du 17 mars, Irène Bajolet représentait l’équipe du Sanctuaire. Voici un aperçu de son ‘partage’.

« Valmarie » est une équipe formée à la demande de l’évêque, pour assister le responsable du Sanctuaire dans les diverses activités qui lui incombent. A noter que les personnes qui composent cette équipe viennent de diverses paroisses, indiquant par là le rayonnement de notre lieu de pèlerinage. Les diverses missions que nous tentons de remplir :

Accueil : que ce soit en groupe ou isolé, chaque personne que nous accueillons est reliée aux autres par ‘Marie’, trait d’union entre nous et son Fils. Nous recevons les personnes telles qu’elles sont, du simple touriste ‘curieux’ au ‘vrai’ pratiquant, et cela, quelle que soit sa ‘religion’. Si un grand groupe est annoncé, appel est fait à des bénévoles pour partager les tâches.

Animation : tous les dimanches, animation de la prière du chapelet, aux intentions déposées la semaine dans l’urne devant la chapelle mariale. En mai et en octobre, la prière du chapelet se fait tous les jours. A noter aussi que l’équipe prend en charge, sous la direction avisée du recteur, l’animation des fêtes spéciales dédiées à la Vierge. «Gardien des traditions» : la ‘dévotion’ à Marie ne date pas d’hier !

Nous avons aussi comme mission de faire le lien avec ceux qui nous ont précédé pour transmettre à d’autres ce ‘chemin de prière’ (chemin gravé dans la pierre sous l’autel), qui tôt ou tard nous conduit de Marie à son Fils. L’équipe est aussi présente lors du ‘Grand Tour de Notre-Dame’ (qui aura lieu cette année le 30 juin)

Missions extérieures : il arrive aussi que nous recevions une demande pour représenter notre sanctuaire lors de fêtes plus solennelles : nous avons été présents entre autres à Beauraing et à Tongres Notre-Dame.

Souhaits : respectueux de tous là où ils sont dans leur démarche de Foi, ensemble, avec tous ceux qui ont accepté une ‘responsabilité’ dans la paroisse, apprendre à mieux se connaître pour mieux s’aider et faire « ensemble » une même église au service de ses frères pour découvrir celui que nous appelons « Notre Père »

RETOUR

PRIERES

Prière personnelle et familiale

Notre-Dame de la Route,
sur la route de la vie, nous avons besoin de guide.
Sois-le pour nous.

Sur les chemins de la terre, il ne faut pas nous égarer.
Sois notre Mère.

Sur les grands routes, où nous nous élançons,
il nous faut de la prudence et le respect des autres. Sois notre Sagesse.

Ne permets pas que soient mises en danger
notre vie et celle des autres, notre vie du corps et notre vie chrétienne.

Notre-Dame de la Route,
Protège tous ceux qui nous sont chers et conduis nous sur la route
qui mène à Jésus ton enfant. Amen.

RETOUR

Prière à l’Esprit-Saint

Apprends-nous à voir les signes que tu nous adresses.

Esprit-Saint, Tu es le feu, Tu es l’Amour, Tu es la Joie, Tu habites en moi.
J’éprouve parfois ta présence dans cette allégresse qui irradie mon cœur. Mais trop souvent, je laisse retomber, comme un lourd couvercle, la grisaille du quotidien, la fatigue, la lassitude, l’angoisse même quelquefois.

Apprends-moi à reconnaître tous les signes de joie que tu m’adresses par la beauté des plus humbles choses : cette rose ouverte sur mon chemin, ces tas de légumes qui flamboient sur les étals du marché, ce nuage ourlé de lumière qui fait croire au soleil.
Apprends-moi à lire ton reflet dans les yeux de mes frères : ce regard échangé en passant, cet instant de dialogue, sur le trottoir, qui illumine un matin maussade, le sourire de cet enfant dans le métro, qui répond au mien et me plante un gros baiser sur la joue, cette amie accablée de tristesse qui m’a ouvert son cœur et en a paru soulagée.

Tu es là bien sûr dans la tendresse de tous les miens, mais aussi dans leur absence quand tu me les rends présents. Tu es là dans ce travail sur lequel je peine et je sais bien que c’est Toi qui me donnes la force d’aller jusqu’au bout.

Apprends-moi à te remercier avec joie de la tâche accomplie dans l’amour.

Tu es là lorsque je m’efforce de prier et que mon esprit vagabonde sur tant de distractions. Tu m’appelles inlassablement.

De ma sécheresse et de ma pauvreté, fais monter une louange vers le Père. Tu seras là quand le Christ me prendra par la main pour m’entraîner dans la joie Trinitaire.
Aide-moi à ouvrir tout grand mon cœur pour chanter avec Toi. Alleluia !

Revue Alliance

RETOUR

ETINCELLES

10 chances de devenir un homme (une femme) de prière

1. Retourne-toi parfois vers le passé : paisiblement et sans crainte.

2. Loue Dieu de ce qu’il fit pour toi et de ce que tu as pu faire de bien : avec reconnaissance.

3. Accepte ce qui resta inachevé de tes rêves et de tes résolutions : sans remords.

4. Ce qui fut mal, enfouis-le au plus profond de la miséricorde divine : plein de repentir.

5. Quand tu pries, apprends enfin à remercier davantage qu’à demander : franchement.

6. Crois que Dieu t’aime le premier, bien avant que tu ne penses à Lui et longtemps après que tu L’as peut-être oublié : toujours.

7. Couvre-toi du vêtement de la paix, du pardon et de la réconciliation : avec indulgence.

8. Remercie Dieu pour chaque jour nouveau : surpris de le recevoir.

9. Saisis-toi de peu de choses, détache-toi de beaucoup : avec insouciance.

10. Aspire au ciel, mais remets-t-en à Dieu pour le choix du moment : avec ardeur mais en toute docilité.

Texte extrait de « Paroles de vie, Noël 2000, Cardinal Danneels »

RETOUR

Le préféré

On demandait un jour à un homme - dont on disait qu’il était sage :
- « Tu as de nombreux enfants, lequel est ton préféré ? »

L’homme répondit :
- « Celui de mes enfants que je préfère,
c’est le plus petit, jusqu’à ce qu’il grandisse,
celui qui est loin, jusqu’à ce qu’il revienne,
celui qui est malade, jusqu’à ce qu’il guérisse,
celui qui est prisonnier, jusqu’à ce qu’il soit libéré,
celui qui est éprouvé, jusqu’à ce qu’il soit consolé. »

RETOUR

Tranche de vie

Quand nous étions enfants et que nous nous disputions, mon frère et moi, avec forces cris et coups, maman, après nous avoir séparés, nous envoyait en pénitence dehors, dans le jardin, y écouter l’herbe pousser.

Nous, avec la naïveté de l’enfance, nous écoutions de toutes nos oreilles, allongés sur la pelouse.

- Quel bruit ça fait, l’herbe qui pousse ? Moi, je n’entends vraiment rien et toi ?
- Moi non plus. Ah si ! Ecoute ce petit craquement.
- Mais non ! C’est une sauterelle qui fait crisser ses ailes.
- Et ceci ?
- Ca, c’est un martin salé qui grimpe sur la pâquerette pour prendre son envol.

Ces conciliabules nous faisaient oublier nos querelles, nous unissaient dans le même regard admiratif porté sur la nature.
Par cette punition intelligente, maman nous a offert la saveur du silence, le goût de la méditation. Elle nous renvoyait à nous-mêmes pour y puiser paix et sérénité.

Maintenant encore, quand je suis étourdie par les borborygmes de la radio, par le vacarme des films violents ou de la publicité tapageuse à la télévision et même par le vrombissement des pétrolettes ou des tondeuses à gazon, j’aime à me retrouver seule dans le jardin, à écouter l’herbe pousser. Mes soucis s’estompent, le vide se fait peu à peu en moi, le silence sourd de la terre et du vent, une place pour Dieu s’installe dans mon cœur.

J’ai repensé à cette anecdote en observant les enfants, pas seulement à la caté, mais aussi à l’école et partout. Je vois tant d’enfants turbulents qui ne savent pas se concentrer, qui bougent sans cesse, ceux qu’on appelle les hyperactifs, les hyperkinétiques. J’ai le sentiment que parfois les envoyer écouter l’herbe pousser ne leur ferait pas de tort. Et même, nous, les parents, les adultes, nous qui courons si souvent à en perdre notre souffle, au point de rater une marche ou un virage, nous pourrions peut-être prendre le temps des vacances pour écouter l’herbe pousser !

S. Fornaroli

RETOUR

POUR MIEUX COMPRENDRE LA LITURGIE DE L'EGLISE

Quand on entre dans une église, on peut se signer avec l’eau du bénitier : c’est se rappeler l’eau de notre baptême de chrétien. On est aussi invité à s’incliner avec respect ou à faire une génuflexion devant l’autel et le tabernacle qui signifient la présence du Christ au milieu de son peuple.
Au tabernacle, est conservée la sainte réserve : le pain eucharistique, consacré, est avant tout là pour être vénéré par tous ceux qui entrent dans l’église pour y prier en sachant que leur Seigneur y est présent.

RETOUR

Libres propos

Ces petits textes « pour mieux comprendre la liturgie de l’Eglise », que nous reproduisons de temps à autre dans notre revue paroissiale, peuvent inciter à réfléchir sur la manière dont nous vivons nos célébrations dominicales, et en particulier le temps de la Communion.

Communier implique l’idée d’un geste communautaire, participatif, le geste d’une communauté qui vit ensemble un temps fort. Ce geste, extérieur en apparence, est le même pour tous et cependant il ne prend sa signification profonde que par la rencontre, tout intérieure cette fois, entre Notre-Seigneur et chacun d’entre nous. Ceci mérite notre immense respect et l’attitude liturgique par excellence est celle du dialogue intérieur ; celui-ci se vivra peut-être mieux dans le silence « extérieur ».

Alors, que penser des chants qui sont proposés aux fidèles à ce moment de la célébration ? D’aucuns les trouveront soit inadaptés, soit même perturbants et apprécieront peut-être davantage un moment de recueillement, suivi d’ailleurs très opportunément par l’habituelle méditation proposée par le célébrant. Par contre, le chant final trouve parfaitement sa place après l’envoi, car le peuple chrétien y exprime sa joie et sa reconnaissance à Notre-Seigneur.

Ce qui étonne alors, c’est de voir à ce moment l’assistance se partager en deux groupes : un groupe qui chante en accompagnant la chorale et un autre qui se dirige vers la sortie de la basilique dans un brouhaha croissant. Pas très respectueux pour Notre-Seigneur…. ni pour la chorale ! C’est ici qu’il faudrait relire les deux textes de l’en-tête…et se poser la question du sens du sacré dans nos églises. Ne voulant froisser personne, laissons la parole à un autre paroissien qui a peut-être vu les mêmes choses, … mais sous un autre angle.

L. Froidmont

C’est vrai que, pour bien comprendre le sens des mots, des gestes, il faut parfois un éclairage’. Suivant l’éducation reçue, sa propre sensibilité, les événements de la vie courante que nous subissons, et bien d’autres paramètres encore, nos réactions ne sont pas uniformes, et quelque part, tant mieux ! Il est vrai aussi que l’Eglise nous propose des rites, nous invite aussi à mieux découvrir la présence active du Christ dans nos vies.

La « Communion » est un temps fort, c’est indéniable. Recevoir en soi, avec les autres, le Corps du Christcela mérite recueillement, des instants de silence pour ‘savourer…(ou, comme ‘le disciple que Jésus aimait’, lors de la Cène, un moment de tendresse infinie qui le pousse à poser sa tête sur le cœur de ‘Celui qui est Amour’)

Mais, si nous sommes spontanés comme peuvent l’être les enfants («Le royaume des cieux est à ceux qui leur ressemblent »), lorsque l’on reçoit un « cadeau », c’est d’abord la joie qui se manifeste, on veut découvrir ; ce que l’on a reçu transforme notre regard sur les autres, nous donne envie de partager, de communiquer… Et quand la joie gonfle le cœur, quoi de plus normal que d’exulter par des chants, des chants dynamiques, entraînants ? Comme dans tous les actes de la vie, il y a gradation suivant l’importance de l’événement vécu. La ‘rencontre’ avec le Sauveur mérite de l’intériorité, du respect, du silence, des mercis personnels. Mais, pour rester crédibles, ne faut-il pas aussi extérioriser ce bonheur ? … puisque nous allons propager la « Bonne Nouvelle » !!

Et la sortie ?? Là aussi, certaines personnes ont des priorités (‘les enfants viennent dîner’, ‘je vais porter la Communion à…’, ‘nous devons aller à …’, et bien d’autres raisons…). Par simple respect pour ce que l’on vient de vivre ensemble, par respect aussi pour la chorale qui essaie de nous aider pour que nos cœurs soient en fête, restons sobres et discrets dans nos déplacements. Il est bon de se rencontrer sous le porche ou dehors, de serrer la main de celui qui nous a permis de vivre une eucharistie, de saluer une connaissance ou un ami, de se laisser interpeller aussi…

Vous dites « sacré », et vous avez raison… une vie de chrétien avec sa foi à cultiver, son espérance à communiquer, son amour de la vie et des autres à partager, cela mérite le respect (il en faut pour tous les actes de la vie courante). Mais, nous sommes appelés comme nous sommes, nous venons participer à l’eucharistie avec un cœur joyeux… ou un cœur lourd. Chacun de nous vit des attentes, et, heureusement, elles ne sont pas exactement les mêmes.

Merci, Léon, de m’avoir arrêté dans ma routine, pour me recentrer sur le sel et la lumière de ma vie, et de me permettre, comme c’est le cas pour chacun de vous qui lisez ce ‘Libres propos’, de faire part de ce qui vit en moi.

V. Mailleux

RETOUR

APPELS

Appel prioritaire… aux dames

Le Comité de rédaction de « La Passerelle » compte une dame et six messieurs. Malheureusement, Solange FORNAROLI et sa famille changent de résidence et nous quittent bientôt.

Qui n’a pas apprécié les nombreuses contributions de Solange à notre revue, toutes marquées d’une grande richesse spirituelle accompagnée de quelques touches à la fois poétiques et profondément humaines. Merci, Solange, pour ces étincelles !

Nous serions très heureux d’accueillir dans le comité toute personne désireuse de contribuer, à sa manière, à la rédaction de notre revue paroissiale ; et nous privilégions une candidature féminine !

Chers lecteurs, écrivez nous

Votre témoignage, vos intentions de prière, ce qui vous a marqués et ce qui peut être partagé dans « La Passerelle », nous intéressent.

Ce journal paroissial étant également le vôtre, vous êtes invités à communiquer vos articles à Christian VINEL, rue du Calvaire, 2 à 1300 Wavre. - e-mail : cvinelcatho.be

RETOUR