Passerelle numéro 31

Juin 2003

 

RETOUR - AUTRES "PASSERELLES"

Sommaire

Editorial
        - Vacances.... nouveau horizons
Vie du Sanctuaire
        - Grand Tour
        - Quatrième jeudi de Lumière (6 août)
        - Assomption (15 août)
        - Pélerinage des paroisses du doyenné (7 septembre)

Spiritualité mariale
Flash sur ...
        - La Passerelle
        - Notre diacre, Antoine Vidalin

Méditation
        - Les vacances : Partir
Etincelles
        - L'essentiel, c'est d'être vrai !
Vie de l'Eglise
        - Envoyés pour annoncer
Témoignages
        - Cellules paroissiales d'évangélisation
Annonces
        - Pélerinage à Banneux
        - Dimanche 21 septembre
        - Pélerinage paroissial à Lourdes !!


EDITORIAL

Vacances ... nouveaux horizons

Souvenons-nous, il y a peu, à l'occasion du mariage princier le Laurent et Claire de Belgique, Guy Gilbert partageait une méditation qui en a interpellé plus d'un par sa profondeur, sa justesse et ses mots qui tirent au but.

Dans la même lignée, pour cette période de vacances qui s'annonce, nous vous proposons une autre de ses réflexions, toute aussi percutante, à lire à la lumière de l'Evangile, face à ces horizons nouveaux qui nous attendent peut-être.

Une pub d’enfer te pousse à élargir tes horizons ... Mas de rêve, mer bleue d’azur, chalets fleuris de montagne ... Les prix s’alignent, modestes ou somptueux. Pour tous les goûts, pour toutes les fortunes.

Cette pub a évidemment oublié les RMI, exclu les exclus et mis aux oubliettes les femmes seules, et les anciens calfeutrés dans leurs quelques mètres carrés. Des jeunes de banlieue, aidés par des associations qui rament dur, pourront s’évader de leur HLM. Mais pas tous, malheureusement.

Je te vois d’ici foncer sur l’A6, dès l’aube des deux seuls mois où la pub te presse de partir… à trente mètres du tuyau d’échappement de ton prédécesseur. Englué, empesté mais heureux. Tu ne peux te passer de cette transhumance moderne. Elle fait partie de tes vacances où tu exportes ton oxygène parisien, à ras le bitume. T’es perdu sans cette « HLM routière et horizontale » faite de tas de ferrailles agglutinées, puantes, pétaradantes, roulant à fond la caisse.

Tu vas arriver épuisé sur la Côte d’Azur. Tu te jettes à l’eau pas encore polluée. Sur la plage, tu seras à dix centimètres de ceux qui bronzent à tes côtés. Tu feras la queue partout, pour manger, te distraire, visiter. Tes oreilles, remplies de walkman ou de transistor dans cette nature si belle, t’empêcheront d’écouter le chant des oiseaux et le vent dans les arbres. Ta vision de la nature sera limitée à ton parking, au macadam surchargé, aux hôtels bruyants et aux paysages splendides traversés à toute vitesse.

Tu contesteras les prix, tu râleras dans les embouteillages, tu dormiras peu et tu mangeras trop. Des vacances superbes, quoi !

Peux-tu imaginer une location où blottir ton camping-car en pleine nature ?

Peux-tu déjà rêver de marches solitaires au cœur des Cévennes, de l’Ardèche ou des Alpes-de-Haute-Provence ?

Peux-tu envisager de faire deux kilomètres à pied pour aller chez l’épicier du village et ramener du pain de campagne fait main et du fromage de chèvre acheté au couple qui trime dur dans la montagne ?

Peux-tu imaginer te passer de télé durant un mois ? Lire les journaux, mais plus d’images…

Peux-tu penser surtout au nouvel horizon que seront les yeux de ta femme que tu ne regardes plus ?

Peux-tu croire que tes gosses figés devant la télé, dévorés par leurs jeux électroniques, peuvent avoir besoin de ta tendresse, de marcher à tes côtés, de ton écoute ?

Un couple, au bord du divorce, a retrouvé durant des vacances l’amour qui foutait le camp. Par un hasard malencontreux et providentiel.

Hôtel grand confort et tout, ils décident de faire une randonnée. Ils se perdent trois jours. « Notre amour a retrouvé ses marques durant ces journées harassantes » m’a-t-il dit.

Perdez-vous dans la montagne. Pas trop longtemps. Mais suffisamment pour vous retrouver et retrouver l’autre.

Bonnes vacances !

Ce texte est extrait du livre intitulé « Dieu, mon premier Amour » par Guy Gilbert, aux Editions Stock, pp. 294 à 296.

RETOUR

 

VIE DU SANCTUAIRE

Dimanche 29 Juin, dès 8 h 45, le ‘Grand Tour’

« Une foule immense LE suivait… »

Notre Grand Tour n’est-il pas composé de ces personnes qui répondent à un appel et composent ‘le Peuple en marche’ ? Pour la 464ème fois, des pèlerins vont accompagner « par monts et par vaux » le reliquaire qu’est la châsse. Cette année, Mgr Vancottem nous accompagnera dans cette démarche qui allie à la fois tradition populaire et cheminement de Foi.

RETOUR

Jeudi 6 août, quatrième ‘Jeudi de Lumière’

Déjà trois étapes vécues par près de 45 personnes, des frères et sœurs qui ont décidé de consacrer du temps à l’approfondissement de leur Foi. Chaque rencontre nous a permis, grâce à la méditation et grâce à l’écoute, de mieux percevoir le sens des mots et des gestes replacés dans leur contexte. Les partages faits dans le respect et l’attention aux autres sont pour chacun un enrichissement et une source de paix, pour mieux vivre ensemble au quotidien le message d’amour de « Celui qui nous rassemble »

RETOUR

Vendredi 15 août, fête de l’Assomption

Si le temps le permet, cette célébration se déroulera, en tout ou en partie, dans le Parc Marial.

Après la trêve des vacances, que nous vous souhaitons enrichissantes et ensoleillées, c’est l’occasion de vivre ensemble dans la joie ce temps qui nous est donné.

RETOUR

Dimanche 7 septembre

Pèlerinage des paroisses du doyenné. Soyons nombreux pour accueillir nos frères et sœurs, qui partant de la statue de la reine Astrid, viennent dans notre basilique rendre hommage à Marie, en cette fête de sa naissance. C’est aussi cela ‘faire Eglise’.

RETOUR

 

SPIRITUALITE MARIALE

Suite et fin de la méditation du Père Michel MORY, m.s.

Je te salue, Marie,
Mère de toutes nos souffrances.

Tu es toujours pour nous la femme debout
au pied de la croix où ton Fils est étendu pour mourir.

Tu es la Mère de tous ceux qui pleurent
une épreuve, une maladie, une peine trop lourde.

Tu es la Mère de tous ces innocents que l’on torture,
que l’on emprisonne, que l’on massacre
à travers le monde sur tous les continents.

Tu es l’espérance maternelle qui entend les cris
et les douleurs qui montent de la nuit de notre terre.

Je te salue, Marie,

Mère de toutes nos attentes et de nos espoirs.

Tu es « l’étoile » qui brille dans le ciel
pour un peuple levé qui s’est mis en marche vers son Dieu.

Tu annonces la réussite possible de l’action de Dieu dans nos vies.

Avec toi, nous sommes l’humanité transfigurée par ton Fils, qui recrée chaque jour notre terre dans l’Esprit.

RETOUR

 

FLASH SUR ....

"La Passerelle"

L'arroseur arrosé

Depuis les premières publications de "La Passerelle" et de façon régulière, nous avons présenté à nos lecteurs, sous forme de Flash et généralement d'interview de responsables, les diverses activités de la paroisse..

Comme il est de bon ton que "l'arroseur soit à son tour arrosé", La Passerelle va également se dévoiler à vous.

A l'instar des périodiques réputés, - mais, toute fausse modestie mise à part et toutes proportions gardées, notre feuillet paroissial n'est-il pas également réputé à l'échelon de notre paroisse "cocorico !" ? - pour qu'une publication paraisse et dure (cela fait déjà plus de 5 ans), il y a tout un parcours à suivre. Entrons dans les coulisses de "La Passerelle".

Cinq publications sont prévues chaque année : début d'Avent, début de Carême, après Pâques, avant les vacances (fin juin), à la "rentrée" (fin septembre). A cela s'ajoutent, mais de façon moins systématique et régulière, la parution d'éditions simplifiées, par exemple : la Pentecôte, la Toussaint.

J - 35

La rédaction commence, généralement, cinq semaines avant la date de parution prévue afin de fixer l'épure du prochain numéro. A cet effet, le comité de rédaction se réunit en alternance au domicile d'un de ses membres dans une atmosphère conviviale agrémentée par le petit verre de l'amitié. Ne croyez pas que ce petit verre soit l'instrument moteur de nos réunions périodiques ! Non, nous y travaillons ardemment et pas seulement ce jour, mais également bien avant, afin de collecter, rassembler, rédiger des textes et réfléchir aux thèmes à proposer pour la prochaine édition.

Après une prière commune, nous passons en revue la publication précédente en essayant d'avoir un œil critique quant à sa présentation, aux possibilités d'amélioration et en faisant part des échos positifs et négatifs que chacun a pu recueillir. Eh oui, il nous en arrive quelques fois et nous les apprécions, quel que soit leur sens !

Ensuite, on échange les idées et les propositions qui ont été réfléchies les jours précédents et, en référence à la période où sortira la prochaine publication, la sélection d'un nombre de thèmes est arrêtée. A ce moment, nous ne disposons pas encore, bien entendu, de tous les textes à publier. Dans certains cas (témoignages, échos), il conviendra de "trouver" la personne qui acceptera de rédiger un texte en fonction de sa sensibilité. On n'est pas sûr de sa réponse, mais on a déjà une petite idée.

Les contributions de chaque lecteur sont les bienvenues.

Pour des contraintes d'édition, le nombre de pages doit être un multiple de quatre et nous nous fixons comme objectif de présenter un feuillet de 16 pages (bien que les deux dernières éditions en aient comporté 20). On détermine dès lors de façon approximative, en fonction des articles et projets d'articles, la longueur de chacun pour atteindre cet objectif, ce qui entraîne parfois des arbitrages.

J - 20

Une date ultime pour la réception de tous les textes est arrêtée.

J - 15

Il faut alors laisser au metteur en page le temps nécessaire à la composition, ce qui relève parfois de la performance. En effet, en fonction du nombre de pages initialement prévues, il conviendra d'organiser les textes et de "jouer" avec la police d'imprimerie ou les interlignes pour vous présenter une édition bien bouclée. A cet effet, nous avons également en réserve ce que nous appelons des "pavés", bien connus de la personne responsable de la mise en page. Il s'agit de textes succincts "Pour mieux comprendre la liturgie de l'Eglise" ou de petites pensées qui peuvent compléter à bon escient certains espaces libres qu'on ne peut récupérer en jouant sur les possibilités de l'informatique.

J - 8

Viennent ensuite quelques remarques suggérées par Christian lors d'une dernière relecture de tous les articles.

J - 5

Le moment de la reproduction par photocopie est dès lors venu.

J - 3

Pour des raisons budgétaires les documents reproduits ne sont pas encore pliés au format que vous connaissez. Quelques personnes dévouées se chargent de cette opération. Qu'elles trouvent ici l'expression de tous nos remerciements ?

Jour J

Enfin le "grand jour" arrive, celui de la diffusion dans la paroisse, généralement un samedi. Cette édition sera-t-elle bonne et appréciée ? C'est le suspense, mais de toute manière, le meilleur numéro est toujours le suivant !!!

Quelques balises de "La passerelle"

Nombre moyen d'exemplaires par édition : 350
Coût annuel de reproduction : 500 EUR
Coût moyen par exemplaire (hors matière grise, sans prix et dès lors fournie en cadeau) : 0,25 EUR

Comité de rédaction actuel : Léon Froidmont, André Lepage, Victor Mailleux, Guy Thomas, Christian Vinel (Il est toujours ouvert aux volontaires, en particulier aux dames dont la sensibilité fait défaut actuellement).

Le comité de rédaction

RETOUR

"Notre diacre, Antoine Vidalin"

Antoine sera ordonné prêtre le 28 juin à la Cathédrale de Paris

Antoine Vidalin, à 16 ans, songiez-vous déjà à devenir prêtre ?

Sûrement pas, j’étais alors dans une pension militaire et j’avais abandonné toute pratique religieuse. Ensuite, je suis devenu ingénieur des Mines et j’ai fait une licence de philosophie. Les auteurs au programme : Freud, Nietzsche, Marx. C’est aussi à cette époque que j’ai découvert les Confessions de Saint Augustin et particulièrement la scène « du jardin de Milan ». Peu à peu, j’ai entrevu la joie d’être chrétien, même si j’en étais loin. En effet, monté à Paris pour mes études, j’y découvrais et partageais les idées, les goûts, les expériences, les comportements, les fêtes à la mode chez les jeunes de ma génération.

Rien ne vous manquait dans cette vie très libre ?

Je ressentais en profondeur de l’insatisfaction, un grand vide et même parfois un désespoir profond. Je me souviens, lors d’un séjour professionnel à Singapour, j’étais en Malaisie, seul et déprimé, j’ai entendu sonner les cloches d’une petite église où je suis entré ; c’était mon premier retour à la messe depuis des années, c’était en même temps un retour vers moi-même. Puis en 1993, une amie chrétienne m’a entraîné à une retraite pascale qui m’a conduit à redécouvrir ma

foi. Auprès de la Fraternité de Jérusalem, j’ai appris à prier, l’idée de devenir prêtre me traversait, mais je la rejetais car je redoutais le célibat. En cette même année, le dimanche où l’on prie pour les vocations, j’ai dit au Seigneur : « Surtout ne m’appelle pas »

Y a-t-il eu alors un événement décisif ?

Un combat de 2 ans, puis en 1995, j’étais à Vézelay, j’y rencontrais un cousin, recteur de la Basilique, nous avons parlé et tout d’un coup, sans l’avoir prémédité, je lui déclare : « je veux être prêtre ». J’avais découvert personnellement la Miséricorde du Christ, le désir de Dieu de se communiquer. L’image me vint d’un fleuve immense qui se ramifie pour irriguer la terre entière : j’acceptais, moi, d’être un des canaux. J’étais moi-même empli de stupeur : pourquoi, parmi tous ses enfants, le Seigneur avait-il appelé le plus obscur si longtemps rétif ? Je me le demande encore… En 1996, je suis entré au Séminaire de Paris. Depuis 5 ans, je poursuis mes études à Bruxelles. J’apprécie l’ambiance studieuse et calme de la Belgique.

Quels sont les saints qui vous attirent particulièrement ?

Saint Augustin bien sûr, mon patron Saint Antoine du désert, Maximilien Kolbe, Elisabeth de la Trinité, et le bienheureux Libermann, découvert pendant mon séjour à Madagascar.

Parmi les problèmes qui se posent à l’Eglise, lequel vous semble essentiel ?

La Nouvelle Evangélisation : elle demande un approfondissement de la théologie fondamentale pour proposer une intelligence de la foi qui saisisse l’homme tout entier.

Quelle forme d’apostolat préférez-vous ?

J’ai fait un stage d’un an à Madagascar où j’ai aimé enseigner la philosophie et la théologie et catéchiser de jeunes malgaches, je me suis terriblement attaché à ce peuple. Surtout en Occident, j’aime tous ceux qui semblent les plus éloignés de la foi – peut-être à cause de ma propre expérience. A l’autre extrémité j’apprécie le dialogue avec les intellectuels et les artistes. Dans ma paroisse belge, j’ai beaucoup aimé les équipes Notre-Dame, la nouvelle Evangélisation me semble reposer surtout sur les rencontres personnelles.

Qu’aimeriez-vous dire aux paroissiens.

Je serai heureux de célébrer ma première messe à Basse-Wavre, le 21 septembre. Je me confie à leurs prières car je suis convaincu que c’est l’Eglise qui nous porte.

RETOUR

 

MEDITATION

Les vacances : Partir

Partir, c’est avant tout sortir de soi.
Prendre le monde comme centre,
au lieu de son propre moi.
Briser la croûte d’égoïsme qui enferme chacun
comme dans une prison.

Partir, ce n’est pas braquer une loupe
sur mon petit monde.
Partir, c’est cesser de tourner autour de soi-même
comme si on était le centre du monde et de la vie.

Partir, ce n’est pas dévorer des kilomètres
et atteindre des vitesses supersoniques.
C’est avant tout regarder, s’ouvrir aux autres,
aller à leur rencontre.

C’est trouver quelqu’un qui marche avec moi,
sur la même route,
non pas pour me suivre comme mon ombre,
mais pour voir d’autres choses que moi,
et me les faire voir.

Don Helder Camara

RETOUR

 

ETINCELLES

L'essentiel, c'est d'être vrai

Voici un exercice fort simple.

Quand vous serez capable de l’accomplir en vérité, alors seulement vous pourrez vous aussi, juger avec bonté.

Essayez !

Prenez la Parole suivante : 1 Corinthiens 13, 4-7

"L’amour prend patience, l’amour rend service, l’amour ne jalouse pas, l’amour ne s’enfle pas d’orgueil, l’amour ne fais rien de laid, l’amour ne cherche pas son intérêt, l’amour ne s’irrite pas, l’amour n’entretient pas de rancune, l’amour ne se réjouit pas de l’injustice, mais l’amour trouve sa joie dans la vérité. L’amour excuse tout, l’amour croit tout, l’amour espère tout, l’amour endure tout."

À chaque fois que vous lisez le mot "amour", remplacez le par le mot "Christ". L’exercice est facile.

Puis, recommencez et remplacez maintenant le mot "amour" par votre "prénom". Plus difficile, n’est-ce pas ?

Quand l’amour sera en vous à ce point, vous n’aurez plus envie de juger et vous aurez compris ce qu’est la miséricorde.

Revue Chantecler, janvier - février 2001

RETOUR

 

VIE DE L'EGLISE

Envoyés pour annoncer

Vous le savez sans doute, nos évêques ont lancé 3 années pastorales à thème :

Achevant la première année, nous pensons déjà à l’année prochaine centrée sur l’annonce de la Bonne Nouvelle. Comme évoqué aux messes des 21 & 22 juin, l’Equipe d’Animation Paroissiale a rédigé une lettre présentant cette deuxième année. Inutile de reprendre ici le contenu de cette lettre que vous trouverez à l’entrée de la basilique.

Les évêques ont rédigé une lettre de 64 pages disponible à la bibliothèque paroissiale, au secrétariat, ou sur Internet. Elle vaut la peine d’être lue et n’est pas trop difficile à lire… Elle s’intéresse à l’annonce de l’Evangile dans le monde d’aujourd'hui. Elle est illustrée par « le semeur » de Van Gogh.

1. Le monde a une culture propre qui n’est plus chrétienne. Et un réveil religieux s’y manifeste de toutes sortes de façons.

2. Dieu est Source de bonheur et de vie. Il fait alliance, veut notre bonheur et nous donne vie.

3. La troisième partie développe l’annonce de l’Evangile, par la parole et dans le concret de la vie. C’est à un témoignage respectueux que nous sommes appelés.

4. Le Seigneur nous appelle et nous envoie.

RETOUR

 

TEMOIGNAGES

Cellules paroissiales d'évangélisation

L’année et toutes ses festivités finies, nous voudrions vous partager ce qui nous a tenues en éveil ces derniers mois dans notre foi. En effet, depuis quelques semaines, nous avons eu la chance de faire partie d’une cellule paroissiale d’évangélisation. Là, grâce à l’accueil chaleureux, nous avons petit à petit fait notre trou et découvert la richesse de tels temps de prières, de partages, de cheminements.

Nous apprécions tout particulièrement ce moment du lundi soir, qui, tel un tremplin, nous relance dans notre quotidien en présence et à l’écoute de Dieu. Depuis que nous avons découvert la force de ces réunions, un rêve nous habite…

Nous aimerions partager ces merveilles et vivre des temps en cellule d’évangélisation avec d’autres jeunes qui comme nous ont soif d’approfondir leur foi. Quelques jeunes ont déjà l’envie de nous rejoindre, un petit groupe se forme donc.

Mais dès septembre, nous voudrions démarrer une cellule jeune. Pour cela, nous faisons appel à tous les jeunes qui le désirent. N’hésitez pas à venir nous rejoindre ou à faire connaître ce projet autour de vous. Pour que ce rêve se concrétise, nous avons donc besoin de jeunes enthousiastes, mais nous avons surtout besoin de votre soutien et pourquoi pas en portant et en confiant ce projet dans la prière. Merci d’avance !

Clémence Feyens (20 ans) et Dorothée Michotte (20 ans)

 

Après dix mois de cheminement dans les cellules d'évangélisation, voici ce qu'elles m'ont apporté.

Sur le plan des relations humaines, des liens se sont créés, d'autres se sont renforcés. J'ai apprécié tout spécialement la disponibilité de notre bergère Maxine, ses compétences à nous guider dans la prière, la joie et l'enthousiasme de sa coéquipière Marie-Thérèse Paul, la douceur et le rayonnement d'amour de Benoîte, le soutien de Josette dans une prière incessante d'intercession pour chacune de nous et notre entourage, son accueil et son esprit d'enfance, la clairvoyance et le réconfort d'Annik, l'ouverture vers la jeunesse de Marie-Thérèse Cantillon. Nous avons partagé de grandes joies : les naissances de Léa et Loïc, nos premiers petits-enfants, et pour couronner le tout, les soixante ans de Marie-Thérèse Paul.

Sur le plan spirituel, j'attends chaque vendredi (jour de notre réunion) avec impatience. Le temps de prière partagé m'est très précieux - un vrai cadeau de Dieu - l'Esprit rebondit de l'une à l'autre, la prière s'approfondit, la fragilité peut se dire sans peser ni pour celle qui l'exprime ni pour celles qui la partagent et l'offrent au Seigneur.

Le chemin est palpable, l'ouverture à Dieu se fait plus large, plus profonde, le Seigneur nous habite de plus en plus, le désir de prier grandit de même celui de vivre les sacrements. Consacrer du temps au Seigneur devient un besoin, une activité qui semble aller de soi. Petit à petit, Dieu qui me semblait encore lointain, je le découvre comme Père et perçois mieux le Mystère de la Sainte Trinité dans l'unité des Trois Personnes.

Pour évangéliser, je me laisse guider par l'Esprit. Je souhaite être un instrument dans les mains du Seigneur et suis convaincue qu'Il compose la musique avec mon visage, mes mains, mes paroles. Que chaque instant soit l'occasion de louer le Seigneur "par des hymnes, des chants de louange et d'action de grâce".

Avec la Samaritaine, je crie: "Seigneur , donne moi encore de cette eau", et qu'à l'intercession de  Saint François d'Assise, je sois greffée sur le Christ pour chanter :

Mon Dieu, Tu es grand, Tu es beau
Dieu vivant, Dieu très haut, Tu es le Dieu d'Amour.
Mon Dieu, Tu es grand, Tu es beau
Dieu vivant, Dieu très haut, Dieu présent...
En toute création.

Nicole Carton

RETOUR

 

ANNONCES

Pèlerinage à Banneux

C’est le samedi 20 septembre que tous les brabançons wallons sont invités à se rendre avec Monseigneur Vancottem à Banneux. Trajet en car pour arriver sur place vers 10h.

Le matin, 6 lieux de rencontre dans l’église.

L’après-midi, chapelet, temps libre, bénédiction des malades et Eucharistie.

Renseignements et inscriptions à Valmarie : 010/24.53.44.

RETOUR

Dimanche 21 septembre

C’est la fête de Saint Matthieu et l’anniversaire de la consécration de notre église. C’est la date choisie pour le dîner paroissial qui, cette année, sera un dîner chaud préparé dans une salle rénovée. Il sera précédé de la première messe célébrée par Antoine Vidalin en notre Basilique. Réservez cette date !

RETOUR

Un pèlerinage paroissial à Lourdes ??

Au long de cette année, plusieurs paroissiens m’ont demandé si on n’organiserait pas un pèlerinage à Lourdes pendant les grandes vacances. Et pourquoi pas ? Avec des familles et celles et ceux qui souhaitent faire une démarche spirituelle et communautaire auprès de Notre-Dame (de Lourdes). En été 2004. Qui serait partant ? C’est vous qui déterminerez si cette initiative aura lieu, et à quel moment…

En tous cas elle me réjouirait…

Christian Vinel

RETOUR