Passerelle numéro 42

Juin  2005

RETOUR - AUTRES "PASSERELLES"

Sommaire

Editorial
        - Prendre des vacances, c'est aussi ...

Vie paroissiale
        - Echos du Conseil paroissial

         
- Une belle figure de notre paroisse
Célébrer
        - "Liturgie" - "La prière eucharistiqe"
Prières
        - Est-ce cela aimer ?
        - Prière d'un enfant pour les vacances 
        - Prière d'enfant
Vie de l'Eglise
        - Appel du pape pour la Journée Mondiale de la Jeunesse à Cologne
Evénement
       - Un cadeau pour notre paroisse

       - Merci Denis

Bande dessinée

 

Si vous souhaitez consulter la version pdf de cette édition, veuillez cliquer ici


EDITORIAL

Prendre des vacances, c'est aussi, plus que de coutume, profiter d'une pause pour ...

Accepter de ne pas posséder la Vérité et écouter la parole de l'autre
                      attendre sa parole sAns la juger d'avance
    Le rencontre avec toutes les riChesses que cela engendre.
                           Nous avons tant A recevoir des autres.
                               Nous avons taNt à leur donner.
                                   Seigneur, aCcorde-nous de
                                goûter aux êtrEs qui nous entourent.
             Arrêtons-nous, regardonS, ouvrons-nous aux autres.
           Nous te reMercions     Jésus         pouR la confiance
                            quE Tu nous donnes.    QuE nous ne T'oubliions pas
                            quanD tout va bien.Si le cIel s'assombrit, que
             nous ne T'accusIons pas.          Rends-nous attentifs
          à la profondeur de Ta                 Parole afin que nous
                            puissions tEmoigner de Ton message.
              Et pourquoi ne nous pRéparerions-nous pas
          à la nouvelle année pastorale basée sur La Prière

Bonnes vacances à tous et rendez-vous au prochain numéro avec des méditations, prières et réflexions que vous aurez glanées pendant vos vacances et pourriez partager avec nous.

Guy Thomas

RETOUR

 

VIE PAROISSIALE

Echos du Conseil Paroissial

La Célébration de la Réconciliation.

Cette célébration qui eut lieu le Lundi Saint est le résultat des efforts faits par la paroisse pour mieux vivre le Carême et il faut souligner la qualité du vécu et de la démarche ecclésiale. Nous avons eu une belle célébration de la Réconciliation, c’est la communauté qui la vivait, la forme et le contenu ont été en général appréciés, ce fut une grâce, un moment de joie paisible.

Quelques aspects de la préparation méritent d’être améliorés :

* La soirée d’approfondissement s'est déroulée à la mi-Carême avec fort peu de participants. Est-ce dû au choix du jour ? au genre de formation ?

* La collaboration entre services (p. ex. entre  le groupe de la liturgie et celui des montages floraux) est à encourager.

* De nombreux et excellents symboles ont été utilisés les dimanches mais on signale qu’ils n’ont pas toujours été tous parfaitement perçus par un chacun

* Les panneaux n’étaient pas à la place idéale (aux fonts baptismaux)

* Certaines démarches ont été préparées en dernière minute, vu l’abondance des activités. A l’avenir, il faudra mieux cibler les préparations à faire pendant le Carême.

La participation des enfants :

* La préparation a été faite avec le souci de les intégrer progressivement jusqu’au moment de la célébration.

 * Idéalement, les enfants doivent être portés par la communauté. Nous avons pu vivre l’événement avec eux, ce qui a été fécond pour eux comme pour nous.

L.F

A venir

Les Evêques de Belgique ont proclamé l’année pastorale 2005-2006

ANNEE DE LA PRIERE

Le Conseil Paroissial s’est penché sur les nombreux aspects à envisager pour aborder la prière ; tout d’abord, il faut découvrir ou redécouvrir l’éventail des différentes façons de prier : comme la bénédiction, l’adoration, la supplication, l’intercession, l’action de grâce, la louange : on peut se référer à la lettre récente du Cardinal  G. Danneels : « Veillez et priez » - Pâques 2005.

Qu’envisager en paroisse ?

* le développement des thèmes qui rassemblent autour de la prière

* le dialogue dans la prière

* demander le témoignage de religieuses qui acceptent de parler de leur prière

* les réunions de prière : on pense au renouvellement de l’expérience de la semaine de prière accompagnée, et aussi à des groupes de prières spécialement destinés aux enfants. Donner à ceux qui le souhaitent l'occasion de découvrir d'autres manières de prier que la leur.

* une récollection paroissiale avec ateliers et animation pour enfants.

Les moyens

* Des textes pour prier : il serait intéressant de constituer un « dossier » de prières qui résulterait soit d’échanges de prières personnelles, soit de la création d’un carnet paroissial de prières enrichi au fur et à  mesure par les paroissiens.  

* Inventorier les signes qui accompagnent la prière, surtout visuels comme triptyques, icônes, photos, objets pour prier, sans oublier les dizainiers pour les enfants ; ajoutons-y les gestes et les chants.

* Construire un triptyque progressivement, de messe des familles en messe des familles.

* Faire un "calendrier d'Avent" avec une phrase sur la prière pour chaque jour ou un panneau sur lequel chacun peut écrire : « Pour moi, prier, c'est… »

* Inviter chacun à composer une prière d'après une photo

* Distribuer à chaque paroissien un "pain de la Parole".

* Que chacun écrive une intention de prière et la partage avec autrui.

Comment progresser et persévérer dans la prière ?

* On suggère de construire un « chemin » de prière, une démarche évolutive, par ajouts successifs, soit construire un coin-prière pour adultes, et pour enfants

*Par la prière de tous les jours : celle-ci doit être simple et peut naître spontanément, à tout moment, en famille ; on privilégie la prière en famille car elle permet l’initiation des tout petits et des moins petits.

* Prier dans les maisons, et y inviter ses amis et voisins… Avec une statue ? …Les enfants expriment des prières et entraînent les adultes dans la prière…

Le Conseil paroissial du 12/04/2005.

RETOUR

Une belle figure de notre paroisse

Le témoignage d'une paroissienne qui nous a quittés : Soeur Joséphine Schayes, appelée Dame Prieure (de l'Hospice de Rebecq).

Qui ne se souvient de la religieuse qui venait à la messe en chaise roulante, il y a quelques années, poussée et choyée par un ange gardien … ? "Dame Prieure" – c'est ainsi qu'on continuait à l'appeler – a vécu une existence remplie de l'Amour de Dieu et du prochain : il est bon de lever le voile sur ce que Dieu peut faire chez quelqu'un qui lui consacre sa vie jour après jour.

Née à Tourinnes-la-Grosse le 7 décembre 1915, elle connut la, maladie dès l'adolescence. Heureuse de vivre, elle aidait des religieuses infirmières à soigner les malades et rendait des service. C'est dans ce milieu souffrant qu'elle découvrit sa vocation de religieuse hospitalière. Elle entra à l'Hospice de Rebecq en 1934

A cette époque, les personnes âgées qui habitaient l'hospice étaient des gens pauvres. Elle voulait vivre au milieu des pauvres en les servant et les aimant.

Après la messe très matinale et le soin aux vieillards de l'hospice, Soeur Joséphine partait soigner les gens à domicile, dans toute l'entité de Rebecq, toujours à pied, par tous les temps. Elle apportait ses soins mais aussi sa chaleur humaine. Elle passait parfois la nuit à veiller un mourant, en priant à son chevet.

Les gens de Rebecq et des villages voisins avaient pitié de ces religieuses qui se dévouaient partout. Ils organisèrent une collecte pour leur permettre d'acheter une Citroën et leur payer l'essence pendant un an ! En deux après-midi, Soeur Joséphine apprit alors à conduire.

En 1973, elle fut élue "Dame Prieure" et sa vie changea. Elle eut des contacts avec des  personnalités politiques et officielles. Malgré des opinions différentes, elle respectait tout le monde, et des amitiés profondes s'établirent. Elle avait la charge de toute la maison, et des problèmes de santé commencèrent à s'accumuler.

Arrivée à Wavre elle s'établit dans un appartement de la rue des Liniers avec deux consœurs. Elle continua à se dévouer en faisant des visites aux malades et personnes âgées.

Les dernières années, Dame Prieure était de plus en plus malade, mais elle passait son temps à prier, en particulier pour les prêtres et la paroisse. Ce qui marquait les autres, c'est qu'elle était toujours de bonne humeur, c'était son sourire et sa joie. Elle réchauffait les cœurs qui l'approchaient. Elle ne savait plus marcher ni travailler, et bientôt plus lire… mais elle s'offrait à Dieu avec ses souffrances : cela donnait du poids à sa prière.

Après 70 ans de vie religieuse, c'est le Seigneur qui est venu la chercher le jour de la Croix glorieuse, le 14 septembre 2004..

RETOUR

 

CELEBRER

Liturgie - "La prière eucharistique"

Après la liturgie de la Parole (Propos du mois dans la revue diocésaine Pastoralia, mars 2005), le Cardinal G . Danneels nous propose la grande prière eucharistique (Pastoralia, mai 2005). En voici quelques extraits significatifs.

Le cœur à cœur : c’est le grand pas qui va être franchi après la préparation pénitentielle et les lectures.

Le noyau central de l’eucharistie

A partir d’ici, il y a exclusivement prière. Il s’agit d’une pure prière qui n’est plus reliée à autre chose ou interrompue par d’autres éléments. Il n’y a plus que Dieu dans notre champ de vision ; nous nous oublions nous-mêmes et nous ne considérons plus que Lui.

La prière eucharistique commence en effet par une phrase explicitement adressée à Dieu : Vraiment, Père très saint, il est bon de te rendre grâce …et après le Sanctus : Toi qui es vraiment Saint …

A la consécration, le prêtre en vient à une narration, il parle au vocatif : les yeux levés au ciel vers toi, Dieu … Ce n’est pas une épopée, c’est une prière de supplication.

Comme la prière eucharistique est exclusivement une prière, adresse au Dieu invisible et entrée dans son monde, l’assemblée a de la peine à suivre. Jusque là, elle pouvait écouter et réfléchir, se joindre à la confession de foi, exprimer ses intentions de prière. Maintenant il ne s’agit plus que de la pure prière adressée à Dieu. Il n’y a plus rien à faire ni à dire ensemble ; tout est assumé dans la direction verticale et orienté vers Dieu, hors des prises de l’assemblée. Il n’y a plus rien à apprendre ou à faire ensemble. Toute l’activité s’est recroquevillée dans le cabinet intérieur du cœur de chaque personne, co-priante et con-sentante. A ce point de la célébration, le cœur de chacun et de toute l’assemblée doit atteindre le véritable être-avec.

La louange du Père.

La prière eucharistique n’est pas un ramassis de prières jetées les unes à côté des autres. Si l’on y regarde de plus près, on décèle clairement la trame. C’est une prière trinitaire où le Père, le Fils et l’Esprit sont harmonieusement articulés.

Toute prière eucharistique commence et s’achève par une parole adressée au Père. Au début, la préface s’adresse toujours au Père : Vraiment, Père très saint, il est juste et bon de te rendre grâce, toujours et en tout lieu, par ton Fils bien-aimé Jésus-Christ.

La prière s’achève de même par une louange au Père : Par Lui, avec Lui et en Lui, à toi, Dieu, Père tout-puissant, dans l’unité du Saint-Esprit, tout honneur et toute gloire.

La prière eucharistique se trouve donc encadrée par une double louange au Père  et elle est tout entière louange au Père pour le mystère pascal de son Fils, dans la force de l’Esprit-Saint.

Le « faire » en mémoire du Fils.

Au cœur de la grande prière se trouve le récit de la dernière Cène, l’institution de l’Eucharistie et la présence sacramentelle de la passion, de la mort et de la résurrection du Christ. C’est maintenant Jésus qui est au centre de l’attention. Mais ce n’est pas un morceau d’épopée ni un récit ; cela reste une prière adressée au Père.

Dans la tradition protestante, le récit de la dernière Cène est comme raconté. Dans l’eucharistie catholique, selon le commandement de Jésus, il ne s’agit pas seulement d’un « dire », mais aussi  d’un « faire » : Faites ceci en mémoire de moi. Il ne s’agit pas seulement d’un rappel, d’un souvenir du soir du Jeudi-Saint. C’est un « mémorial ». Cela signifie qu’il ne s’agit pas du passé ; cette action se poursuit aujourd’hui : elle se passe maintenant. L’événement historique est actualisé par-delà sa réalisation. On le reprend et sa puissance nous atteint aujourd’hui.

L’invocation de l’Esprit-Saint.

Par deux fois la prière est adressée au Père pour qu’il nous envoie l’Esprit. Chaque fois, le célébrant demande qu’il vienne.

Avant la consécration, il invoque l’Esprit sur le pain et le vin. C’est la première épiclèse. L’Eglise ne reçoit pas quelque chose, mais quelqu’un, Jésus lui-même et tout entier. Seul l’Esprit peut rendre Jésus pleinement présent dans les dons du pain et du vin. Car c’est lui qui l’a formé dans le sein de la Vierge Marie et qui l’a ressuscité des morts. Telle est l’œuvre de l’Esprit : former le corps physqique de Jésus, né à Bethléem, et son corps ressuscité de Pâques. C’est le même Esprit qui rend le corps eucharistique du Seigneur présent dans l’Eglise.

Après la consécration, vient la seconde épiclèse, sur l’assemblée cette fois. Les dons consacrés ne sont là, en effet, que pour engendrer le Christ en nous, pour construire le Corps mystique du Seigneur. Cela aussi, c’est l’œuvre de l’Esprit en nous.

L’intercession en faveur de l’Eglise.

Enfin, la prière eucharistique comporte aussi une demande pour l’Eglise. Le célébrant prie avant tout pour l’unité, avec le pape, les évêques et tout le peuple croyant.Il prie aussi pour le repos et la paix des défunts, afin qu’ils entrent dans la lumière ; pour les vivants, il demande bien-être, libération et protection. Mais l’Eglise a aussi sa face cachée : Marie et les saints. Ils sont tous convoqués pour louer le Père avec nous dans l’attente du jour où tous, de toutes langues, races et nations, nous nous tiendrons devant le trône de l’Agneau, les palmes à la main, comme dans la vision de l’Apocalypse.

C’est ainsi que la prière eucharistique est construite. Elle est adressée au Père, pour l’œuvre du Fils, et actualisée dans l’Esprit. Elle met en œuvre quatre formes de prière : la louange, le mémorial, l’invocation et l’intercession. Et le peuple conclut par l’Amen. Nous y adhérons.

Godfried Cardinal Danneels

RETOUR

 

PRIERES

Est-ce cela aimer ?

Quand je ferme mes oreilles pour ne pas entendre,
quand je détourne les yeux pour ne pas voir,
quand je retiens mes pas pour ne pas aller,
quand je croise les mains pour ne pas donner,
Seigneur est-ce que je t'aime ?

Quand tu ne fermes pas l'oreille à ma supplication,
quand tu ne détournes pas les yeux de ma détresse,
quand tu hâtes le pas pour me secourir,
quand tu tends la main pour me bénir,
Seigneur, est-ce que tu m'aimes ?

Quand je préfère attendre au lieu d'agir,
quand je recherche le compromis au lieu de refuser,
quand je favorise le silence à l'énoncé de la vérité,
quand je retiens mon amitié pour ne pas agir,
Seigneur est-ce que je t'aime ?

Quand tu ne diffères pas ton action à mon égard,
quand tu me dis non pour ne pas m'égarer,
quand tu m'annonces clairement la vérité,
quand tu me donnes ton amitié sans détour,
Seigneur, dois-je comprendre que tu m'aimes ?

Quand je critique les autres sans savoir,
quand je condamne sans avoir écouté,
quand j'accuse sans avoir contrôlé,
quand je m'obstine à avoir raison,
Seigneur est-ce que je t'aime ?

Quand tu ne critiques jamais ma faiblesse,
quand tu me pardonnes après m'avoir écouté,
quand tu me justifies après m'avoir pardonné,
quand tu ne me laisses pas dans ma déraison,
Seigneur, je commence à comprendre que tu m'aimes !

Quand je donne en espérant recevoir,
quand je parle pour être reconnu,
quand j'agis en souhaitant être vu,
quand je réfléchis en cherchant mon intérêt,
Seigneur est-ce que je t'aime ?

Quand tu me donnes sans rien attendre de moi,
quand tu me parles alors que je t'ignore,
quand tu agis en silence pour ne pas me heurter,
quand tu penses à moi dans mon intérêt,
Seigneur, je sais que tu m'aimes !

Pierre Antoine Eldin

RETOUR

Prière d'un enfant pour les vacances

Mon Dieu, avec ce temps de vacances qui vient,

j’aurai tendance à t’oublier.

Pourtant, est-ce que j’oublie Maman ?

Est-ce que Papa m’est devenu indifférent ?

Oublie-t-on ceux que l’on aime et qui nous aiment ?

Aide-moi, mon Dieu, à avoir dans mon cœur, chaque jour de vacances, une pensée pour toi.

RETOUR

Prière d'enfant

Mon Dieu, peut-être que Caïn et Abel ne se seraient pas chicanés s’ils avaient eu chacun leur chambre ; ça marche pour mon frère et moi !

Olivier, 5 ans.

RETOUR

 

VIE DE L'EGLISE

Appel du pape pour la Journée Mondiale de la Jeunesse à Colognee

Du 15 au 21 août prochain ,des jeunes chrétiens du monde entier vont se réunir à Cologne pour la « Journée mondiale de la Jeunesse ». Jean-Paul II les a officiellement conviés. Voici des extraits de sa lettre d’invitation.

Chers jeunes, lorsque nous sommes conscients d’être guidés par Dieu, le cœur ressent une joie authentique et profonde, qui s’accompagne d’un vif désir de le rencontrer (…)

Ecoutez-le, préparez-vous de manière appropriée et approchez-vous du Sacrement de l’Autel, en particulier en cette année de l’Eucharistie. Reconnaissons Jésus comme notre Créateur, notre unique Seigneur et Sauveur.

Soyez des adorateurs de l’unique vrai Dieu, en lui reconnaissant la première place dans votre existence ! L’idolâtrie est une tentation constante de l’homme. Hélas, il existe des personnes qui cherchent la solution à leurs problèmes dans des pratiques religieuses incompatibles avec la foi chrétienne. Un fort courant pousse à croire aux mythes faciles du succès et du pouvoir. Il est dangereux d’adhérer à des conceptions évanescentes du sacré qui présentent Dieu sous forme d’une énergie cosmique ou bien d’autres doctrines non conformes à la doctrine catholique.

Jeunes, ne cédez pas aux illusions mensongères et aux modes éphémères, qui laissent souvent un tragique vide spirituel. Refusez les séductions de l’argent, de la société de consommation et de la violence sournoise qu’exercent parfois les médias. Tant de nos contemporains ne connaissent pas encore l’amour de Dieu ou cherchent à remplir leur cœur de succédanés insignifiants.

Il est donc urgent d’être des témoins de l’amour contemplé dans le Christ. L’invitation à participer à la Journée mondiale de la Jeunesse s’adresse aussi à vous, chers amis qui n’êtes pas baptisés ou qui ne vous reconnaissez pas dans l’Eglise. N’avez-vous pas, vous aussi, soif d’absolu ? N’^tes-vous pas en quête de « quelque chose » qui donne sens à votre existence ? Tournez-vous vers le Christ et vous ne serez pas déçus.

Chers jeunes, l’Eglise a besoin de témoins authentiques pour la nouvelle évangélisation des hommes et des femmes dont la vie a été transformée par la rencontre avec Jésus ; des hommes et des femmes capables de communiquer cette expérience aux autres. L’Eglise a besoin de saints. Nous sommes tous appelés à la sainteté et seuls les saints peuvent rénover l’humanité.

Que Marie, « femme eucharistique » et Mère de la sagesse soutienne vos pas, éclaire vos choix et vous enseigne à aimer ce qui est vrai. Qu’elle vous conduise tous à son Fils, le seul qui puisse combler les attentes les plus intimes de l’intelligence et du cœur de l’homme 

Jean-Paul II.

RETOUR

 

EVENEMENT

Un cadeau inattendu pour notre paroisse

Le mois dernier, je vous demandais de prier pour que se lèvent parmi nous des paroissiens qui contribuent d’une manière ou d’une autre à la mission de notre paroisse. Plusieurs se sont présentés, d’eux-mêmes ou suite à un appel. Je les en remercie, ainsi que ceux qui , nombreux, sont déjà engagés, et vous aussi sans doute qui vous êtes joints à cette prière.

A la fin de cette neuvaine de prière, le Vicariat du Brabant Wallon m’a proposé une « assistante paroissiale ». Il s’agit d’une paroissienne qui , en vertu de son baptême et de sa confirmation, et parce qu’elle suit une formation appropriée, peut être appelée par l’évêque à assister le curé dans l’exercice de sa charge pastorale. Elle recevra de l’évêque une nomination d’ici deux mois.

Concrètement, dans notre paroisse, Anne Bouchez a accepté d’être assistante paroissiale.

A partir de septembre, elle recevra comme mission de :

* faire le lien entre la paroisse et le Collège Notre-Dame de Basse-Wavre pour l’animation à la foi

* lancer des permanences d’écoute à la Basilique où tant de personnes viennent confier un lourd fardeau à Notre-Dame ou aux Saints.

* continuer comme « secrétaire » des cellules paroissiales d’évangélisation

* sans doute, d’autres missions viendront s’ajouter à celles-ci au fil du temps

Anne sera, avec Dieudonné, Vincent et moi, une « permanente » au service de la paroisse. Elle ne remplace pas les prêtres mais les seconde.

Christian.

RETOUR

Merci Denis

Denis Kialuta, notre vicaire, sera nommé dans une autre paroisse en septembre.

Merci, Denis, pour tout ce que le Seigneur nous a apporté à travers tes célébrations, tes homélies ciselées comme un travail d’orfèvre, l’accompagnement des catéchistes, et lors de réunions : tu n’abuses pas de la parole, mais toujours tu as quelque chose de pertinent à nous partager, qui, très souvent, nous a permis de progresser.

MERCI ! Et bonne mission là où le Seigneur t’envoie.

Christian.

La prière est à notre âme
comme la pluie est à la terre.

Le Curé d’Ars.

RETOUR

 

BANDE DESSINEE

RETOUR