Passerelle numéro 25
Avril 2002

 

RETOUR - AUTRES "PASSERELLES"

 

Sommaire

Editorial
        - Seigneur, que Ta maison est grande !!!
        - Résurrection
Calendrier paroissial
Vie paroissiale
        - Célébration des premières communions et des confirmations
        - Cycle de formation pour les cellules d’évangélisation
        - L’E.A.P. vous informe
Prières
        - Pour l'Eglise d'aujourd'hui
        - Pour la paix au Moyen Orient
        - Tu n'es pas ...
Etincelles
        - Nos enfants et nous
        - Tout de même
        - Sois sans crainte, ne te tais pas
Flash sur ... Les acolytes
Regards sur ... "La Passerelle"


EDITORIAL

Seigneur, que Ta maison est grande ! ! !

En termes quantitatifs, il y a peut-être moins de participants aux messes dominicales, surtout des jeunes, moins d'enfants à la catéchèse, moins de baptêmes, moins de mariages, moins de vocations …Mais les chrétiens n'auraient-ils pas maintenant une foi souvent plus personnelle et plus attentive aux réalités sociales ? L'Eglise ferait fausse route si, en pensant à son avenir, elle cherchait sa voie dans un repli interne et grâce au renforcement de ses rangs. "Il ne s'agit pas d'obliger le monde à rentrer dans l'Eglise telle qu'elle est, mais de faire une Eglise capable d'accueillir le monde tel qu'il est" (cardinal Suhard, ancien archevêque de Paris). Le plus grand défi qui est lui est lancé aujourd'hui, c'est celui du dynamisme missionnaire et d'une présence fraternelle et aimante au monde qui l'entoure.

Un vaste champ de responsabilités s'offre désormais à l'engagement des chrétiens qui trouve ses relais dans les organes et les groupes mis en place ou en voie de constitution dans nos paroisses et nos diocèses. Tous les chrétiens qui ont reçu les sacrements et qui en vivent n'ont pas besoin d'autre délégation, d'autre mandat, d'autre envoi pour être habilités à être dans le monde les témoins de la Bonne Nouvelle.

La co-responsabilité ne peut se contenter de colmater des brèches ou des manques. Les chrétiens doivent "habiter" le monde de manière à ce qu'ils ne soient pas absents des lieux, des luttes où Dieu se manifeste et les attend. Porter le message de l'Evangile et témoigner du Christ ressuscité est la mission de tout chrétien. Cette mission peut se réaliser de différentes manières : par l'exemple du comportement, par le respect, le souci et la présence des/aux autres - en y faisant paraître, au moment opportun, la "figure" du Christ -, par le témoignage engagé…

Préparer l'avenir de l'Eglise, c'est chercher comment assurer au mieux cette mission. Avons-nous, ou plutôt prenons-nous le temps de faire cela ?

Guy Thomas
(inspiré par une publication du mensuel "Fêtes et Saisons")

RETOUR

Résurrection

Rayonner, parce que la Vie a vaincu la mort !
Ecouter la voix du cœur transpercé et rayonnant.
Sortir de sa torpeur pour rencontrer le Seigneur.
Unir nos différences, pour bâtir l’Arc-en-ciel.
Retrouver la Source qui rapproche, qui relève.
Refléter la Joie, parce que vraiment on croît.
Ecouter la Parole qui nourrit, guérit et envoie.
Croire que l’Amour vécu n’est déjà plus un rêve.
Trouver le Chemin qui mène à la vie éternelle.
Inventer des musiques pour que vive le meilleur.
Ouvrir les yeux, les oreilles et le cœur comme un enfant
N
aître à nouveau avec le Christ pour un nouvel âge d’or.

V.M.

RETOUR

CALENDRIER PAROISSIAL

Formation <

mercredi 24 avril à 20h15 à la cure : initiation à la prière silencieuse

mercredi 15 mai à 20h15 à la cure : initiation à la prière des psaumes.

mercredi 12 juin à 20h à la basilique : Vidéo-conférence à partir de l’icône de Roublev : " De l’hospitalité d’Abraham à la Sainte Trinité " par le diacre Jacques Bihin.

Vie liturgique

Dimanche 28 avril à 10h30 : messe des familles pendant laquelle 15 enfants communieront à Jésus Eucharistie pour la première fois.

Dimanche 5 mai à 11h : professions de foi. Une messe supplémentaire sera célébrée à 9h.  

Jeudi 9 mai à 10h30 : messe de la fête de l’Ascension pendant laquelle 11 enfants communieront à Jésus Eucharistie pour la première fois.

Dimanche 26 mai à 10h30 : messe des familles pendant laquelle 14 enfants communieront à Jésus Eucharistie pour la première fois.

RETOUR

VIE PAROISSIALE

Premières communions, confirmations et messe du dimanche

Depuis quelques années, les premières communions et les confirmations ont lieu pendant la messe dominicale. Seules les professions de foi font exception, car le nombre de familles est tellement grand que la basilique parvient à peine à offrir à chaque personne une chaise… Et puis, professer sa foi n’est pas un sacrement : c’est pour l’enfant, dire publiquement et personnellement sa foi (que ses parents, parrain et marraine ont dit à sa place lors de son baptême).

Autrefois toutes les grandes cérémonies religieuses concernant les enfants avaient lieu en dehors des messes paroissiales. Pourquoi ce changement aujourd'hui ?

Dans la messe de première communion, on garde l’Évangile du dimanche pour signifier que les enfants n’ont pas leur célébration à part, mais qu’ils participent à la messe dominicale à laquelle tous les chrétiens sont invités. Car il est terminé le temps où tout le monde était chrétien.

Aujourd'hui être chrétien signifie aller à contre-courant, et pour cela nous avons besoin du soutien de la communauté chrétienne. Il ne serait donc pas juste d’organiser des célébrations de première communion en dehors de la communauté paroissiale habituelle. Car, par le baptême, nous devenons membres du Corps du Christ qu’est l’Église. C’est comme dans une famille : on vit quotidiennement à quelques-uns, et si pour nous la famille plus large est importante, nous aimons retrouver les autres de temps à autre. Et ce sont souvent les adultes qui, pour que les jeunes soient présents, doivent trouver avec eux le moment qui leur convient le mieux. Et quand c’est l’anniversaire de Philou p.ex., tous ceux qui le peuvent viennent fêter l’événement avec lui.

La communion eucharistique et la confirmation sont deux sacrements, deux dons de Dieu que toute la communauté est heureuse de fêter avec ceux qui les reçoivent. Et les autres personnes présentes bénéficient des " miettes " tombant de la table préparée plus spécialement pour quelques enfants ce jour-là. Quelle joie d’ailleurs de voir ces assemblées où tous les âges sont représentés ! Comme Dieu doit être heureux de voir ses enfants – les enfants prodigues, les fils aînés et les autres – tous rassemblés pour Le louer et se nourrir de sa Vie…

Ainsi, n’est-ce pas à nous, chrétiens fréquentant régulièrement l’Eucharistie du dimanche, à accueillir avec joie les membres de la même communauté chrétienne qui ne viennent qu’à de rares occasions ? Sinon, comment signifier que nous sommes tous enfants de Dieu ? Même si, quand ce sont les premières communions, certaines familles viennent à plusieurs réserver leurs places déjà 20 minutes avant le début de la célébration… et que certains " paroissiens fidèles " trouvent leur place habituelle déjà occupée… Mais nous veillons à ce qu’il y ait suffisamment de place pour TOUS en veillant à ce que le nombre d’enfants qui communient pour la première fois ne dépasse pas une quinzaine par célébration. Et la messe ne dure guère plus d’une heure.

D’autre part, il est vrai qu’une célébration adaptée davantage aux enfants peut ne pas plaire à tous. C’est la même chose à propos des messes des familles, et des confirmations célébrées lors d’une messe dominicale.

Jésus préférait-Il être avec les " convaincus " ou bien s’ouvrir aux " boiteux, aveugles… dans la foi ", bref aux pécheurs… auprès de qui Il est venu témoigner de la tendresse de Dieu ?

Poser la question, c’est y répondre ! Alors à chacun de nous, selon notre situation et ce que nous percevons de l’appel de Dieu à notre égard, de réaliser ce qu’Il attend de nous.

Christian Vinel

RETOUR

Cycle de formation aux cellules d’évangélisation

" Rayonner ma foi là où je vis ". Au reçu de ce petit feuillet, distribué à la paroisse, cela m’a fait " Tilt " et m’a interpellée.
Et en pensant à toi, chère Amandine, qui est si malade, j’ai voulu suivre ce cycle de formation à l’évangélisation, pour pouvoir mieux rayonner ma foi dans la vie de tous les jours, et te la raconter.

J’ai appris à mieux vivre ma vie de chaque jour près de Jésus, à partager au long de la journée bien des moments avec Lui. A respirer en dialogue avec Dieu, comme nous a expliqué Vincent, à vivre plus en profondeur l’Eucharistie, Jésus qui se donne et nous nourrit pour nous aider à donner et à être disponibles. J’en suis heureuse, j’y réfléchis tous les matins dans ma prière, pour être plus disponible et rayonner la joie et la simplicité.
Dieu nous aime d’un si grand amour et il nous arrive tellement souvent de L’oublier ; alors je prie le Saint-Esprit pour qu’Il me vienne en aide ; et dans mon dialogue avec Jésus, je Lui demande de vivre ma foi au jour le jour, comme je peux, et de la partager avec les autres tout simplement.

Je prie pour les gens que je côtoie : toi qui m’es chère, ma famille, mes amis, mes voisins, tous ceux que je connais, et cela s’étend comme les ricochets qu’on fait sur l’eau avec un caillou, les ondes grandissent en des cercles de plus en plus larges qui englobent tous les enfants de Dieu que nous sommes. Je prie pour eux tous et au fil des occasions partage avec eux le peu de Jésus que j’ai découvert. Ne va pas croire que je sois confite en dévotion, loin de là, mais je me laisse conduire par Dieu et investir par Jésus, pour me nourrir de Lui et pour mieux partager avec les autres. Mais c’est un long chemin, à renouveler tout au long des jours, dans la prière, l’adoration et la confiance en Jésus, Lui qui est mort pour nous ; et nous que faisons-nous pour Lui ?

Avec lui, je veux partager cet amour qu’Il a pour nous, en le faisant connaître autour de moi. Mais ce n’est pas donné, et avant d’y arriver, il me faut encore bien m’évangéliser moi-même, en puisant dans la force de mon baptême, la prière et le don de l’Esprit-Saint.
Voilà ce que je voulais te dire. Mais mes paroles ne t’ont pas atteintes ; le Seigneur t’a reprise dans son amour avant la fin de cette formation.

J’espère que dans la joie du Seigneur, vous tous ses saints vous prierez pour que le Seigneur fasse éclore dans ce groupe de l’évangélisation le sel de la terre dont nous avons un si grand besoin.

Lucienne.

Suite à cette formation à l’évangélisation qui eut lieu en février et en mars, une dizaine de personnes vont se former en mai et juin à être éventuellement un jour responsables d’une cellule paroissiale d’évangélisation à Basse-Wavre. C’est-à-dire à en aider d’autres à vivre leur mission de chrétiens qui est de rayonner leur foi là où ils vivent. Je vous invite à les porter tout spécialement dans votre prière. Merci.

Ch. Vinel

RETOUR

L’équipe d’animation paroissiale vous informe

Depuis le début de 2002, l’EAP s’est consacrée à la mise sur pied d’un Conseil Paroissial; il s’agit d’un projet important car il doit faciliter la communication et la coopération entre les divers groupes actifs dans la paroisse. Ainsi que vous pouvez le lire plus en détail dans ce numéro de la Passerelle, la première réunion a eu lieu ce 17 mars.

L’EAP continue à suivre d’autres projets, en particulier ceux lancés l’an passé suite à l’Assemblée Paroissiale, mais aussi d’autres, tel l’organisation d’un concert à la Noël de cette année. Nous y reviendrons bientôt.

L’EAP doit veiller à ce que tout ce qui est nécessaire à la mission de la paroisse soit mis en œuvre, ce qui est évidemment un fameux défi. Aussi, l’EAP prendra part à la veille de la Pentecôte, à une journée de récollection sur le discernement, et nous prierons pour que l’Esprit soit toujours plus à la base des initiatives à prendre.

RETOUR

PRIERES

Pour l'Eglise d'aujourd'hui

Sur la route difficile de l'Eglise actuelle,
garde nous Seigneur de nous lamenter,
de ressasser le manque de vocations,
la crise de ceci ou de cela.

Fais que nous prenions plutôt notre
part de la charge de l'Eglise à naître,
à faire grandir, à animer.

Ouvre nos intelligences et nos cœurs
aux impulsions de Ton Esprit,
pour que l'Eglise de demain
trouve les formes qui te plairont
et des constructeurs courageux.

Si nous nous sentons tous
plus responsables dans Ton Eglise
elle sera si vivante que les vocations renaîtront.

F. Lacambre
(Ancien journaliste à "La Croix-l'Evénement

RETOUR

Pour la paix au Moyen-Orient

Saint-Benoit, qui vécus à une époque d’une désastreuse barbarie, Saint-Antoine, qui voulus évangéliser tes frères Musulmans, Sainte-Rita qui sus ramener paix et concorde par la douceur et le pardon, Saint-Antoine, chantre universel de la paix, Enfant Jésus de Prague invoqué lors d’affreuses guerres religieuses, Sainte Marie Goretti qui pardonna à son assassin, Notre-Dame de Paix et de Concorde, vous tous que nous invoquons dans notre basilique de Basse-Wavre, nous vous prions pour tous les enfants d’Israël et de Palestine.

L.F.

RETOUR

Tu n’es pas…

Tu n’es pas un juge qui condamne, mais un Sauveur.
Tu ne perds pas, mais tu trouves.
Tu ne tues pas, mais tu donnes la vie.
Tu n’exiles pas, mais tu ramènes.
Tu ne trahis pas, mais tu délivres.
Tu ne noies pas, mais tu sauves.
Tu ne pousses pas, mais tu relèves.
Tu ne maudis pas, mais tu bénis.
Tu ne venges pas, mais tu pardonnes.

Grégoire de Narek

RETOUR

ETINCELLES

Nos enfants et nous

Nous avons tant de choses à apprendre de nos enfants, si nous leur consacrons un peu de temps. Et vos enfants me donnent bien souvent des leçons aux réunions de catéchèse.

Mon équipe est composée d’adorables turbulents, pleins de vie. Je les aime bien, spontanés, remplis de bonne volonté, attentifs (malgré le bruit) à la parole de Dieu. Le courant passe bien entre eux et moi.
Je ne résiste pas au plaisir de partager - avec leur accord - ce que nous venons de vivre.

J’ai terminé la réunion un quart d’heure avant la fin pour une prière spéciale. Nous nous sommes tous installés dans la pièce voisine, confortablement, couchés sur la moquette ou sur des chaises et nous avons commencé par nous détendre, en fermant les yeux et en rentrant en nous-mêmes, pour ne pas être distraits. Puis, nous nous sommes adressés à Notre Père en méditant les paroles que nous a laissées Jésus. Nous sommes sortis de nous-mêmes pour nous élever vers Lui, pour nous laisser prendre par Lui. Moment intense, magique. Pas un bruit. Pas un mouvement. Nous étions tous plongés dans la prière, comme dans un cœur à cœur avec Dieu. Je manque de mots pour exprimer ces instants de grâce. Quand la prière s’est terminée, qu’il a bien fallu revenir sur terre, un des enfants à dit : " On est si bien ici. On devrait y rester toujours. Ou découper un morceau de tapis et rentrer comme ça chez nous ".

Je n’ai pu m’empêcher de repenser à l’Evangile où Pierre dit à Jésus : " Rabbi, il est heureux que nous soyons ici. Dressons trois tentes, … " (Mt 17, 1-9 ou Mc 9,2-10 ou Lc 9, 28-36). Lui, Jacques et Jean venaient de prier avec Jésus et L’avaient vu transfiguré. Ils étaient si bien qu’eux aussi voulaient rester sur place. Je trouve prodigieux d’avoir vécu de l’intérieur la même chose en équipe.

Nos enfants nous apprennent beaucoup de choses, mais nous aussi, parents, nous avons une expérience, un vécu, une foi à leur transmettre.

De plus en plus, nous assistons à une déchristianisation. Nous assistons aussi à une augmentation de la violence, un accroissement des suicides chez les jeunes, sans parler de la drogue et de l’alcoolisme. Comme s’ils éprouvaient un grand vide qu’ils comblent comme ils peuvent.

Que faire ? Laisser à l’école ou aux catéchistes le soin de leur parler de Dieu ? Pas sûr que ce soit suffisant. Mais prendre le temps de prier un peu avec eux, de leur lire ou raconter une petite tranche de la vie de Jésus, ça, ça laisse des traces et ça comble bien des creux, apaise bien des soifs. Beaucoup de personnes âgées que je chouchoute me l’ont révélé.

Solange Fornaroli

 

RETOUR

Tout de même

Les gens sont déraisonnables, illogiques, égocentriques 
aimez-les tout de même.

Si vous faites le bien,
les gens vous prêtent des motifs égoïstes ou calculateurs 
faites le bien tout de même.

Si vous réussissez,
vous gagnez de faux amis et de vrais ennemis 
réussissez tout de même.

Le bien que vous faites sera oublié demain;
faites-le tout de même.

L’honnêteté et la franchise vous rendent vulnérables
soyez honnêtes tout de même.

Ce que vous avez mis des années à construire
peut être détruit du jour au lendemain
construisez tout de même.

Les pauvres ont vraiment besoin de secours,
mais certains peuvent vous attaquer si vous les aidez
aidez-les tout de même.

Si vous donnez au monde le meilleur de vous-mêmes,
vous risquez d’y laisser des plumes
donnez ce que vous avez de mieux… tout de même.

 

Mère Teresa de Calcutta

RETOUR

Sois sans crainte, ne te tais pas !

Un chat est un chat, appelle-le chat.
Que ce soit blanc ou noir, annonce la couleur.
Il y a un scandale à dénoncer, parle.
On cherche à nuire à une réputation, réfute.
Ton voisin maltraite un enfant, crie.
Le muet veut donner sa vérité, parle pour lui.
Quand ton frère dit vrai, prends-le au mot.
Pour défendre le droit des justes, vocifère.
Quand tu vois l’amour fleurir, chante.
Pour dire que Dieu habite la terre, annonce !
Seigneur, quand nous parlons, ajoute ta musique.

R. Lelièvre, paysan.

RETOUR

FLASH SUR …

Les acolytes.

Damien, pourriez-vous nous présenter les acolytes ? Quelle formation reçoivent-ils ?

Joëlle de la Barre et moi, nous nous occupons du groupe des acolytes de Basse-Wavre. Une douzaine d’enfants – garçons et filles – participent régulièrement au service de l’autel, surtout à la messe de 10 heures 30. Il s’agit de leur apprendre à rendre ce service le mieux possible, ce qui commence par : arriver assez tôt à la basilique pour s’habiller calmement et répartir les tâches. Un peu avant de commencer la messe, on se réunit à la sacristie pour la prière des acolytes. Ceci indique l’esprit dans lequel nous souhaitons que les acolytes servent la messe. Ils ont, en effet, la mission d’aider l’assemblée à entrer dans la liturgie.

Certains enfants sont parfois très jeunes, ceci explique qu’ils sont un peu distraits de temps en temps. Cependant, ils s’habituent peu à peu et ne manquent jamais de motivation. Il est aussi nécessaire de les aider pendant la célébration, surtout lorsqu’il y a quelque chose de particulier comme une procession des offrandes, une célébration plus solennelle.

Le service des acolytes du Brabant Wallon organise pour eux quatre journées par an. Il y a chaque fois un thème choisi, par exemple, la Parole de Dieu, les gestes de la messe, Marie, etc…Les enfants sont répartis d’après leur âge et ont des activités adaptées, en rapport avec le thème. L’après-midi est consacrée à un grand jeu, puis au goûter. On termine par une messe à laquelle les parents sont invités. On peut se rendre compte alors du dynamisme des acolytes dans tout le Brabant Wallon. Il y a parfois plus de 80 enfants.

Dernièrement, Joëlle a invité Poli, un aveugle, à venir témoigner aux acolytes de Basse-Wavre de son expérience de vie et de sa joie d’être chrétien. Lui-même avait été acolyte quand il était petit.

Comment peut-on faire partie du groupe des acolytes ? Et comment voyez-vous l’avenir ?

Il suffit de se présenter à Joëlle ou à moi. Vu le nombre d’enfants de la paroisse, nous n’avons aucune crainte de manquer de candidat. Le plus important est de rendre grâce pour leur enthousiasme. Il faut aussi veiller à leur apprendre le sens de ce qu’ils font pour servir la messe dans le calme. Ceci demande énormément de patience. En effet, notre désir est que les acolytes le restent le plus longtemps possible. De cette façon, nous espérons que, dans quelques années, les plus âgés pourront former et encadrer eux-mêmes les plus jeunes. Ils pourront ainsi mieux se prendre en charge lors des célébrations. La messe dominicale gagnera à être plus belle.

Propos recueillis par A. Lepage.

RETOUR

 

REGARDS SUR " LA PASSERELLE "

En voyant que de nombreuses places restent vides lors de nos Eucharisties, je me suis posé la question qui sert de titre à cet article. Oui, pourquoi se donner la peine d’offrir un support d’information et de réflexion ? Mais surtout, pour qui ? Pour les fidèles qui reçoivent l’édition à la sortie, qui la lisent, mais qui se sentent plutôt confortés qu’interpellés. Il est rare, en effet, que l’une ou l’autre personne du comité de rédaction reçoive une réaction.

Alors, encore une fois, je me suis mis à " rêver "! Comme l’ont dit d’autres avant moi, on ne s’enrichit que de ce que l’on partage ; j’imagine qu’à la prochaine parution, chaque couple ou personne seule en reçoive 2 exemplaires. Le premier, pour son édification personnelle. Le second, pour agir comme cela nous est demandé à chaque fin d’Eucharistie : " Allez, dans la Paix du Christ !… et portez la Bonne Nouvelle aux autres, ceux qui ne peuvent plus venir, ceux qui n’ont pas su venir, ceux qui ne viennent jamais…

Tous, nous avons dans nos connaissances des personnes qui ne partagent pas notre vécu de croyants. Et pourtant, cela n’empêche pas le respect, ni l’amitié. Et si nous osions, simplement remettre le second exemplaire en demandant : " Veux-tu lire tel ou tel article et me dire ce que tu en penses ? " Ce serait une occasion unique (peut-être suivie d’autres…) de parler d’autre chose que de la pluie et du beau temps… Je sais que, vous comme moi, nous sélectionnons ce qui nous touche dans nos lectures. Ne devrions-nous pas faire l’effort de lire l’entièreté en vue de partager avec l’un ou l’autre ce qui nous touche, sans oublier de dire franchement à une personne du comité de rédaction ce qui a touché ou vexé !

Nous vivons le temps de la Résurrection, le Christ est plus que jamais présent parmi nous, surtout… " Là où deux ou trois sont réunis en Mon Nom ".

V. Mailleux

 

RETOUR