Passerelle numéro 33

Avent-Noël  2003

RETOUR - AUTRES "PASSERELLES"

Sommaire

Editorial
        - Et voilà, ça recommence ...

Vie paroissiale
         - Sacrement de réconciliation
Vie du Sanctuaire
        - 8 décembre pour la paix

La chapelle des quatre sapins
Flash sur ...
        - La fabrique d'église

Prières
        - Réjouis-toi
        - Viens Seigneur ...
        - Que ce Noël les fasse ressembler à Jésus

Témoignages
        - Mon expérience des cellules paroissiales d'évangélisation - jeunes
        - Les marchands du Temple

Méditation 
        - Ecoutez ce que je ne vous dis pas, je vous en prie

Humour 
        - L'homme existe, je l'ai rencontré

Echos
        - Soirée Haïti

Appels
        - Vous avez dit "cellules" ?
       - Ecrivez-nous

Bande dessinée


EDITORIAL

Et voilà, ça recommence ...

Lorsque vous lirez cette page, déjà les étalages seront tentants, les publicités pour les repas de réveillon rempliront vos boîtes aux lettres, les «incontournables de la consommation» vous seront proposés, à des prix…

Tout cela risque, si nous n’y prenons garde, de « nous faire passer à côté de la plaque » (comme on dit !)  nos bons sentiments, nos émerveillements devant cette promesse à nouveau proposée (mais déjà réalité), le souffle d’espérance qui nous anime, …

L’Avent, Noël, si nous le voulons, ce peut être un nouveau chemin de conversion, un peu de ciel sur la terre, notre pauvre terre, meurtrie par tant de solitudes, de conflits, d’horizons bouchés, d’égoïsmes,…

Mais, pour cela, il nous faut choisir ! Il nous faut ‘prendre du temps’ (consacrer du temps, le rendre  «sacré» ! ….)

Aujourd’hui plus qu’hier, parce que nous sommes plus libres de nos choix (plus rien n’est ‘imposé’), l’événement qui va venir, son importance, son rayonnement, dépendent de la clarté de notre regard, de l’ouverture de notre cœur ! Sommes-nous prêts à ‘refuser pour accueillir’ ?

Quelle place allons-nous donner à ce «nouveau-né» qui est venu et qui revient pour transcender nos vies, pour nous donner l’essentiel en plénitude ? Aurons-nous le courage d’annoncer avec le peuple des disciples que Jésus est venu nous ouvrir un chemin pour que plus d’amour règne entre «tous les hommes de bonne volonté»

«Il est né le divin enfant», mort et ressuscité, vivant là où l’on fait régner le partage et l’Amour…, nous sommes libres d’être «ses artisans de Paix»

Et voilà, ça recommence !?… remarque désenchantée, blasée, ou cri de joie et d’espérance active !!??

Bon chemin, et sainte fête de Noël à chacun.

Victor Mailleux

RETOUR

 

VIE PAROISSIALE

Sacrement de réconciliation

Pourquoi proposer le sacrement de réconciliation avant les grandes fêtes ? Pour être « pur » avant de rencontrer le Roi des rois ? Mais qui est jamais pur comme le Christ ou sa Mère ?… Le sacrement de réconciliation n’est pas d’abord une lessive, même intérieure… C’est la rencontre avec le Christ ressuscité qui nous redit son amour qui va jusqu’au pardon, pour que nous puissions « faire de même ». Il veut prendre sur Lui ce qui nous empêche d’avancer et nous redonne tout son Amour. Car que pourrions-nous faire sans Lui ? « A qui irions-nous, Seigneur ? Tu as les paroles de la vie éternelle ». Et ainsi nous pouvons repartir, non à partir de nous-mêmes, mais du Christ, avec sa force à Lui. En le laissant un peu plus nous conduire… et que nous puissions vivre une vie davantage enracinée en Lui. Alors la grâce que Jésus veut nous donner à Noël pourra pleinement se déployer dans notre vie. Cela n’en vaut-il pas la peine ?? Jésus nous attend !

Célébrations de la réconciliation 

* à Saint-Jean Baptiste : le mardi 16 décembre à 20 heures

* à Notre-Dame de Basse-Wavre : le lundi 22 décembre à 20 heures

Permanence de confessions à la Basilique : mardi 23 de 18 à 19h
mercredi 24 de 16 à 17h.

RETOUR

 

VIE DU SANCTUAIRE

8 décembre pour la paix

Le 8 décembre, fête de l’Immaculée Conception, nous réunira à 20 H, pour célébrer dans la prière et la joie le « SIGNE » qui nous a été donné lorsque Notre-Dame de Basse-Wavre est devenue Basilique !

De ce « signe » de communion, signe d’Eglise, pierre blanche sur le chemin de pèlerinage et de foi vécu par des foules depuis des siècles, nous ferons cette année une démarche pour la paix ; démarche de

prière, bien sûr, mais aussi prise de conscience de l’appel de Jésus à devenir nous-mêmes des artisans de paix.

L’équipe du sanctuaire vous invite à quitter ce soir-là (un lundi !) votre «chez-vous» et à prendre vous aussi «la route» pour vivre tous ensemble et d’un même cœur ce temps de communion auprès de Notre-Dame de Paix et de Concorde.

RETOUR

 

LA CHAPELLE DES QUATRE SAPINS

Le gros œuvre est terminé. L’aménagement intérieur est en train de se faire. L’entrepreneur Thomas & Piron essaie de respecter les délais,… les corps de métier s’activent… de telle sorte que les paroissiens du quartier puissent utiliser la chapelle et les salles paroissiales dès février ou mars 2004. 

J’ai reçu du Cardinal une lettre me disant qu’il était disponible pour inaugurer la chapelle le 15 février à 15h… mais la date n’est pas absolument sûre : il a dû introduire une demande spéciale à Rome (dont il nous faut espérer une réponse avant le 15 février). En effet, le Père Damien auquel nous souhaitons dédicacer la chapelle est un « bienheureux » et non un « saint ». Attendons dans la confiance et la prière.

Une première réunion a eu lieu avec des habitants du quartier et l’architecte B.Libbrecht en vue de l’aménagement liturgique. Suite à cette réunion, 2 comités vont être constitués dans un délai rapproché : un qui prépare l’inauguration qui aurait lieu mi-février, et l’autre qui cherchera les moyens de récolter les fonds nécessaires pour l’ameublement intérieur. Si vous avez des suggestions à faire ou si vous souhaitez proposer votre aide pour un des ces 2 comités, vous pouvez vous adresser à Vincent. Merci !

Christian Vinel

RETOUR

 

FLASH SUR ...

La fabrique d'église

Jean-Marie Delfosse, voici bientôt un an que vous êtes devenu président du Conseil de Fabrique de la paroisse de Basse-Wavre. Comment définiriez-vous la mission de ce Conseil, souvent mal connu des paroissiens ?

Les Fabriques d’église sont des institutions publiques qui peuvent posséder et acquérir des biens. Le statut, la tâche, la compétence, la composition et le fonctionnement des fabriques d’église sont régis par le Décret Impérial du 30 décembre 1809, complété par la loi du 4 mars 1870. Nous constatons donc que ces décisions ont été prises très peu de temps après la Révolution française de 1789 qui, en France, scellait définitivement la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

La fabrique d’église doit assurer les moyens matériels pour l’exercice du culte dans la paroisse. A cette fin, elle dispose des revenus des collectes, du droit dans les services funèbres et des revenus des biens meubles et immeubles qu’elle possède. En cas d’insuffisance de revenus, elle peut faire appel à l’aide de la commune.

Ici à Wavre, je voudrais insister sur le fait que nous sommes vraiment gâtés par le Bourgmestre et les échevins et conseillers qui ne lésinent pas sur les moyens pour nous venir en aide dès que cela est nécessaire. Si notre basilique Notre-Dame a été magnifiquement repeinte et remise en état, nous savons à qui nous le devons.

Le Conseil de fabrique a comme mission d’élire les membres du conseil, d’arrêter le budget annuel, d’arrêter les comptes et de statuer sur les biens et capitaux. Il doit donc examiner la nécessité de travaux d’entretien, de réparation, de construction, de transformations ou de restauration.

Combien avez-vous de réunions par an ? Quelles sont les préoccupations majeures de celles-ci ?

Les réunions ordinaires sont fixées en janvier, mars, avril, juillet et octobre. Il peut y avoir des réunions extraordinaires. Celles-ci ont lieu dans un climat de franchise et d’écoute de l’autre. C’est ce qui à mes yeux, est la condition indispensable pour réaliser de bonnes choses au sein de la paroisse.

Quelle est la composition actuelle de ce Conseil ?

Pour l’instant, le Conseil de fabrique se compose de 10 membres :

* Françoise Warichet, épouse Stockbroeck, secrétaire minutieuse et dévouée qui assure son rôle avec beaucoup de sérieux. Elle est malheureusement la seule représentante féminine du groupe

* Benoît De Vriese, comptable de profession, est notre trésorier attitré. Il est le plus jeune membre du groupe et a accepté de remplacer Marie-Thérèse Paul qui assuma cette fonction durant plusieurs années.

* Les représentants du clergé : le Curé Christian Vinel et le Recteur du Sanctuaire Notre-Dame, l’Abbé Michel Buysse.

Les autres membres qui apportent leur expérience au Conseil de fabrique sont :

* Arthur Van Bever, entrepreneur retraité, qui nous livre ses précieux conseils pour tous les travaux nécessaires à notre Basilique.

* Paul Schretter, courtier en assurance retraité, nous est d’un précieux secours pour vérifier les contrats et les examiner de près.

* Freddy Christoph est notre ancien président. Je le remercie chaleureusement d’avoir accepté de faire encore partie du Conseil après avoir assumé la présidence durant plusieurs années. Il assure la continuité de l’action.

* Bernard Houet, notaire bien connu à Wavre, nous donne toutes les précisions légales concernant la gestion des biens. Je le remercie également de prendre sur son temps pour partager nos inquiétudes quant à la gestion des biens et du patrimoine.

* Jean Dupierry connaît à fond les problèmes techniques et électriques. Il peut nous livrer toute son expérience.

Je suis heureux de compter sur cette équipe fantastique et ma fonction de président est donc facilitée par la diversité et la compétence des membres. Je vous rappelle néanmoins mes coordonnées : Jean-Marie Delfosse, enseignant au collège Don Bosco à Bruxelles depuis 35 ans. Mon épouse Nicole a appris à lire et à écrire à de nombreux paroissiens puisqu’elle était, avant sa retraite, titulaire de 1ère année au Collège Notre-Dame. Nous avons deux enfants et une petite-fille. Nous habitons au Grand Tour, avenue Seigneurie de Walhain, 11. Tél. : 010/22.27.91

Comment pouvez-vous intégrer dans votre Conseil le thème « Envoyés pour annoncer » qui est d’actualité aujourd’hui ?

L’annonce de l’Evangile peut se faire à Basse-Wavre car nous avons la chance de disposer d’une équipe de prêtres dynamiques. Christian, Jean-Marc, Vincent et Michel, avec leurs qualités complémentaires portent la parole du Christ et nous permettent de cheminer avec Lui. A nous de faire en sorte qu’ils puissent disposer de toute l’infrastructure nécessaire à leur mission. Je suis heureux de participer à cette action et suis sûr de pouvoir compter sur vos aides et suggestions pour y arriver.

Propos recueillis par André Lepage.

RETOUR

 

PRIERES

Réjouis-toi

Marie, pleine d’amour !
Le Seigneur est avec toi,
Et vous êtes tous deux avec nous.

En toi sont enfin révélées et vénérées
Toutes les femmes de la terre,
Et ton fils Jésus
Est notre meilleure espérance.

Petite Marie, tu as osé croire
Que tu allais mettre Dieu au monde.

Tu pries pour nous, tes enfants,
Afin que nous le laissions naître,
Grandir et rayonner en nous,
Et dans les autres, aujourd’hui et toujours.
AMEN.

Louis EVELY, Chaque jour est une aube.

RETOUR

Viens Seigneur ...

En cette époque
        du tout, tout de suite et même du superflu
        où le "zapping" est érigé en mode de vie.

Viens Seigneur,
Aide-nous à voir la vraie valeur des choses.
Fais-nous discerner l'essentiel.

Notre environnement proche et lointain
        est fait de misères, physiques
        mais également, et peut-être surtout, morales.

Viens Seigneur,
Ouvre nos yeux à la souffrance, aux injustices et à la solitude des cœurs.
Apprends-nous à garder et redonner l'espoir, même lorsque tout semble noir.

Mais ce monde qui nous entoure, c'est également
        la beauté de la nature, la mélodie d'une musique,
        le plaisir de se retrouver en famille ou entre amis, les petits bonheurs …

Viens Seigneur,
Donne-nous de pouvoir apprécier ces espaces de bonheur.
Rends-nous contagieux en les rayonnant autour de nous.

La vie d'aujourd'hui peut ressembler à un désert
        Au nom de la mobilité, tout le monde court
        mais on se croise sans se rencontrer.

Viens Seigneur,
Garde-nous du repli dans un cocon, en autosuffisance.
Réveille en nous le sens ancestral de la solidarité.

Dans ce désert, des voix se lèvent, des initiatives se prennent
        Ne se résignant pas à l'individualisme ou aux injustices de la vie moderne,
        elles noyautent, mais parfois dérangent.

Viens Seigneur,
Guide-les pour qu'elles trouvent un terrain propice à leur action.
Soutiens-les afin qu'elles ne rencontrent pas le découragement.

Particulièrement en cette période qui nous prépare à la fête de Noël,

Viens Seigneur,

Dans nos relations avec nous-mêmes

Fais que nous nous respections

Dans nos relations avec les autres

Fais que la différence soit source de richesse et de partage.

Nous Te rendons grâce pour ce que nous sommes, pour ce que nous avons et pour Tes Signes qui inspirent ou suscitent les actions, grandes ou petites.

Ouvre-nous à Ta parole et aide-nous à reconnaître ces Signes afin que nous puissions transmettre Ton message de paix et de lumière.

 

Guy Thomas

RETOUR

Que ce Noël nous fasse ressembler à Jésus

Que ce Noël ouvre nos cœurs et nos esprits
au chant des anges de Bethléem :
"Gloire à Dieu au plus haut des cieux".

Que ce Noël nous rappelle notre vocation
de témoins et de messagers de Jésus,
le prince de la Paix.

Que ce Noël nous engage à rendre grâce à Dieu
pour ces dons merveilleux
et à partager ce que nous recevons de sa main.

Que ce Noël nous apprenne à pardonner sans nous lasser
et à voir en nos adversaires
des frères et des sœurs aimés de Dieu.

Que ce Noël nous fasse ressembler à Jésus
victorieux de la tentation
et résolu face à l'esprit du mal.

Que ce Noël nous comble d'une joie rayonnante,
alors que nous accueillons parmi nous
le fils bien-aimé du Père.

Charles Wachenheim

RETOUR

 

MEDITATION

Ecoutez ce que je ne vous dis pas, je vous en prie

Ne soyez pas trompés par mon visage,
car je porte mille masques, et aucun n’est mon vrai moi.
N’en soyez pas trompé, au nom de Dieu, je vous en prie.

Je vous donne l’impression d’être sûr de moi,
plein de confiance et de tranquillité,
que je n’ai besoin de personne, ne me croyez pas.

Sous ce masque il y a le vrai moi confus, craintif, isolé ;
c’est pour cela que je me crée un masque pour me cacher,
pour me protéger du regard qui voit.
Et pourtant, ce regard est précisément mon salut.

A condition que je l’accepte, s’il contient de l’amour, c’est la seule chose qui peut me libérer
des murs de la prison que j’ai moi-même élevés.

J’ai peur de ne valoir rien, de n’être bon à rien,
et que vous le verrez et me rejetterez.

Alors commence la parade des masques.
Je bavarde avec vous, je vous dis tout ce qui n’est rien,
et rien de ce qui m’est tout et qui pleure en moi.

S’il vous plaît, écoutez soigneusement et essayez d’entendre ce que je ne dis pas.
J’ai vraiment envie d’être sincère, vrai, spontané, d’être moi-même.
Mais il faut que vous m’aidiez. Il faut que vous me tendiez la main.

Chaque fois que vous êtes bienveillant, doux et encourageant,
chaque fois que vous vous efforcez de comprendre par véritable intérêt, mon cœur a des ailes, des ailes très faibles, mais enfin des ailes.

Par votre sensibilité, votre sympathie, votre puissance de compréhension, vous seul pouvez me libérer de l’ombre de mon incertitude, de ma prison solitaire.
Cela n’est pas facile pour vous, car plus vous m’approchez, plus je me défends.

Mais on me dit que l’amour est plus fort que les murs des prisons,
c’est en ceci qu’est mon espoir.
Essayez, je vous en prie, de faire tomber ces murs d’une main ferme,
mais douce, car un enfant est sensible.

Qui suis-je vous demandez-vous ?
Je suis quelqu’un que vous connaissez très bien,
          car je suis chaque homme,
          je suis chaque femme que vous rencontrez,
          et je suis aussi vous-même.

RETOUR

Auteur inconnu.

HUMOUR

L'homme existe, je l'ai rencontré

J'ai lu quelque part : "Dieu existe, je l'ai rencontré !"
Ça alors ! Ça m'étonne !
Que Dieu existe, la question ne se pose pas !
Mais que quelqu'un l'ait rencontré avant moi, voilà qui me surprend !
Parce que j'ai eu le privilège de rencontrer Dieu
juste à un moment où je doutais de lui !

Dans un petit village de Lozère abandonné des hommes, il n'y avait plus personne.
Et en passant devant la vieille église, poussé par je ne sais quel instinct, je suis entré...
Et, là, j'ai été ébloui... par une lumière intense... insoutenable !
C'était Dieu... Dieu en personne, Dieu qui priait !

Je me suis dit : "Qui prie-t-il ? Il ne se prie pas lui-même ?
Pas lui ? Pas Dieu !"
Non ! Il priait l'homme ! Il me priait, moi !
Il doutait de moi comme j'avais douté de lui !
Il disait : - Ô homme ! si tu existes, un signe de toi !
J'ai dit : - Mon Dieu, je suis là !
Il a dit : - Miracle ! Une humaine apparition !
Je lui ai dit : - Mais mon Dieu... comment pouvez-vous douter de l'existence de l'homme, puisque c'est vous qui l'avez créé ?
Il m'a dit : - Oui... mais il y a si longtemps que je n'en ai pas vu un dans mon église...
que je me demandais si ce n'était pas une vue de l'esprit !
Je lui ai dit : - Vous voilà rassuré, mon Dieu !
Il m'a dit : - Oui ! Je vais pouvoir leur dire là-haut :
"L'homme existe, je l'ai rencontré !"


Raymond Devos, "Matière à rire", L'intégrale, Ed. Olivier Orban

RETOUR

 

TEMOIGNAGES

Mon expérience des cellules d'évangélisation - jeunes

Depuis début octobre, chaque samedi, je participe avec d'autres jeunes de la paroisse de Basse-Wavre à une cellule d'évangélisation, le matin de 9h30 à 11h, à la cure de Basse-Wavre.

Pour le moment, ce temps hebdomadaire de cellule m'apporte énormément d'un point de vue spirituel.

J'y apprends à connaître chez chacun des membres du groupe sa manière de voir la présence du Christ à travers lui ou elle.

Certes, la majorité des membres de la cellule actuelle sont des personnes que je connaissais déjà bien, mais j'ai appris à cette occasion à mieux connaître les autres.

Le temps de partage situé après la louange est à mon sens important pour savoir comment Dieu s'est manifesté dans ma vie et à travers quelles actions, Dieu est présent en moi.

Ce groupe de cellule, je le vis comme un tremplin pour la nouvelle semaine à aborder.

Ce temps de partage et de louange est un moment privilégié pour ma part afin de pouvoir mieux voir les autres que je côtoie quotidiennement, que cela soit au CRU (abréviation de Centre Religieux Universitaire) où je kotte, ou à l'école (IESN).

Evangéliser est un concept qui a besoin de jeunes comme nous pour se concrétiser dans notre monde tourné trop souvent vers l'égoïsme,...

Alors, osons l'évangélisation mais cela se construit et par exemple à travers des réunions de cellule. Notre monde en a tellement besoin.


Robin Demez

RETOUR

Les marchands du Temple

Ce texte fait sans doute partie des textes les plus connus du Nouveau Testament, parce qu’il nous présente un Jésus semblant violent, très en contraste avec la figure habituelle du Christ. Si ce visage de Dieu nous choque, et à raison sans doute, il choquait un peu moins les connaisseurs de l’Ancien Testament qu’étaient les juifs contemporains du Christ. Sans doute même, peut-on dire qu’ils attendaient du Messie une certaine forme de violence, du moins à l’égard des envahisseurs romains.

C’est qu’il y avait des précédents, le plus fameux étant relaté dans l’épisode des plaies d’Egypte. Le peuple Hébreux était en Egypte depuis bientôt 430 ans, réduit progressivement en un esclavage terrible. Alors pour délivrer son peuple, Yahvé frappa par dix fois Pharaon et les Egyptiens jusqu’à ce qu’il laisse partir le peuple hébreux, au désert pour Lui rendre un culte …

Nous connaissons l’immense importance pour le peuple juif de ces évènements et de tous ceux qui se déroulèrent dans sa suite immédiate, pendant la première Pâque juive, le passage de la Mer Rouge, les quarante ans dans le désert, la construction du Tabernacle, la réception de la Loi, la manne, les cailles, etc…, la sortie du désert après la mort de Moïse, la traversée finale, à pieds secs, du Jourdain jusqu’à l’entrée dans la Terre Promise sous la conduite de Josué.

S’il s’agit sans conteste des évènements fondateurs de la foi juive, il n’en reste pas moins que quiconque lit le récit des dix plaies d’Egypte, ressent un choc comparable en quelque sorte à celui que l’on ressent à la lecture du texte évangélique des marchands du Temple. Or, à y bien regarder, il y a une ressemblance entre les deux récits et plus particulièrement dans le récit qu’en fait Saint Jean, et qui n’est sans doute pas due au hasard.

Comme dans l’Exode, où le récit des dix plaies d’Egypte se trouve tout au début du livre, de même dans l’Evangile de Jean le récit des marchands du Temple débute le ministère du Christ. Ceci est en contraste avec les trois autres récits du même événement, dans les Synoptiques, qui situent l’action à la fin du ministère du Christ. Comme dans l’Exode, l’Evangile de Jean situe le récit un peu avant Pâque, là où les synoptiques restent vagues.

De même que les Pharisiens demandent un signe pour attester l’autorité qu’a Jésus de faire ce qu’il vient de faire, c’est presque dans les mêmes termes que Pharaon parlait à Moïse, lui disant de se donner un signe prodigieux pour attester de son autorité. Il est vrai que Pharaon le demande avant les plaies, alors que les Pharisiens le demandent après que Jésus eut déjà frappé.

Mais le plus étonnant est de constater que, dans le récit de Jean, les nombreux détails font qu’il est possible de compter les coups que Jésus donne et que le décompte donne neuf coups (ceux qui vendaient des bœufs, ceux qui vendaient des brebis, ceux qui vendaient des colombes, les changeurs, et les brebis, et les bœufs, et la monnaie, et les tables, et les colombes).

Il semble donc manquer un coup par rapport au récit de l’Exode, le dixième. C’est là le prodigieux …

C’est que la dixième plaie d’Egypte, la plus terrible, c’était la mort de tout premier-né, et celle-là Jésus l’accomplira lui-même dans le vrai Temple, dans sa chair. D’ailleurs, n’est-ce pas ce qu’il dira aux Pharisiens qui lui ont demandé un signe: « détruisez ce sanctuaire » ?

Et le sanctuaire dont il parlait était sa chair.

Et voilà ce qui choquait tant est devenu merveille de miséricorde à nos yeux.

Philippe Van de Merckt

RETOUR

 

ECHOS

Soirée Haïti

Et je vis une foule immense …(Ap 19,6)
En cette soirée du 1er novembre, de très nombreux paroissiens (plus de 120) ont eu le plaisir d’écouter nos jeunes « Haïtiens » nous présenter leur expérience de partage et de solidarité vécue en compagnie de Vincent cet été en Haïti.
Ils le firent avec leur cœur, gonflé d’un enthousiasme communicatif ; ils nous présentèrent avec simplicité les images qui accrochent et nous relient à ces frères qui font comme nous partie de « cette foule de toutes nations, races, peuples et langues... »
Merci, chers jeunes de Basse-Wavre, pour cette soirée qui a réuni jeunes et moins jeunes en communauté d’Eglise, dans la joie (magnifique, le chant de circonstance pour Vincent !), autour d’une table accueillante.

Merci aussi à tous ceux qui se dévouèrent à cette occasion.
Oui vraiment, tous ensemble, réjouissons-nous dans le Seigneur !

L.F.

RETOUR

APPELS

Vous avez dit "cellules" ?

Cela fait un peu plus d’un an que des paroissiens se réunissent en « cellules paroissiales d’évangélisation »…

Vous vous posez des questions ?

Ils seraient heureux de vous accueillir pour vous partager ce qu’ils vivent, le temps d’une rencontre qui dure environ une heure et demie.

Vous pouvez contacter : Claire Michotte : 010.22.68.78. ou Anne Bouchez : 010.22.26.23.

Sachez que vous êtes les bienvenus à n’importe quel moment de l’année.

RETOUR

Chers lecteurs, écrivez-nous

Votre témoignage, vos intentions de prière, ce qui vous a marqués et ce qui peut être partagé dans « La Passerelle », nous intéressent.

Ce journal paroissial étant également le vôtre, vous êtes invités à communiquer vos articles à Christian VINEL, rue du Calvaire, 2 à 1300 Wavre. - E-mail : cvinelcatho.be

RETOUR