Recherche

La maladie

Dans la vie de chacun adviennent des moments de souffrance et d’épreuve. Cela peuvent être des difficultés liées à notre santé physique, mais aussi psychique, sociale, spirituelle… Dans ces situations, nos capacités sont souvent diminuées et nous expérimentons douloureusement notre fragilité. Notre capacité d’être en relation avec les autres et/ou avec Dieu est mise à mal. Même si la maladie fait partie de notre vie, c’est très souvent d’une manière inattendue qu’elle apparaît et suscite une tristesse, une colère, une rébellion. La bonne nouvelle, c’est que nous ne sommes pas seuls face à cela. Dieu nous soutient, et cela se manifeste de manière concrète par le service rendu par les visiteurs des malades dans les maisons individuelles, dans les homes et les hôpitaux.

  • Une personne proche dans votre famille, un ami, une relation se trouve dans un état de santé qui l’empêche de se déplacer pour venir dans sa paroisse et vivre sa foi comme il y était habitué ? Cette personne désire recevoir, à domicile, le sacrement de l’Eucharistie ?
  • Vous connaissez une personne qui, immobilisée chez elle, a besoin d’une aide spirituelle et de retrouver dans la prière et les sacrements, l’espérance et la paix?
  • Vous-même, peut-être, vous trouvez-vous dans l’une ou l’autre de ces situations ?

N’hésitez pas à contacter la paroisse afin qu’un visiteur vienne vous rencontrer ! Si vous souhaitez la visite d’un prêtre, n’hésitez pas à contacter un des prêtres de la paroisse.

L’Église vous offre en ces situations difficiles de maladie une aide précieuse. Il s’agit du sacrement des malades. Il n’est pas « une extrême onction » qu’on administre à la fin de la vie, mais un rite de bénédiction et d’onction avec l’huile sainte pendant lequel le prêtre demande à Dieu la force et le réconfort pour le malade. On peut recevoir ce sacrement plusieurs fois dans sa vie, à partir du moment où l’on se trouve dans une situation de maladie grave.

Quelqu’un parmi vous est-il malade ? Qu’il appelle les presbytres de l’Église, les prêtres, et qu’ils prient sur lui après lui avoir fait une onction d’huile au nom du Seigneur. Cette prière de la foi sauvera le malade et le Seigneur le relèvera. S’il a commis des péchés, ils lui seront remis.

Lettre de saint Jacques 5,14
© Vicariat du Brabant wallon